Vêtue


vêtue de ses plus belles couleurs,
Elle est présente la mère,
Empreinte de nombreux mystères,
Elle va toujours de l'avant.

L'allure fière , elle surveille et protège
Le chemin à parcourir par sa descendance,
Elle compte les pas de l'absence,
Et comble de solitude les présences.

Combien de mois d'absence
A subir seule son calvaire,
Combien de stations nécessaire
A atteindre enfin son sentier,
A le parcourir en suivant son guide,
Elle par le temps prend des rides,
Mais son visage reste toujours altier.

Combien de bédouins à alors croiser,
En cette traversée du désert
Pouvant se faire aussi austère,
Combien dur est le sentier
En l'absence du père adoré!

Elle jamais ne désespère, et suit
Le chemin finement ciselé,
Evite les épineux barbelés,
Elle dépasse les frontières,
Jamais ne désespère,
Ecarte d'elle la misère,
La terre entière conquiert
Pour adoucir à ses enfants la destinée...


Ecrit par Aurorefloreale
Tous droits réservés ©