Poème précédent Poème suivant
       

Dans un bruissement doux de tumulte amoureux

Hors de toute conscience nous étions côte à côte
Dans un bruissement doux de tumulte amoureux.

Dans un souffle de paix rayonnant tendrement
Du grand soleil commun de nos êtres naïfs,
Sans un mot autre qu’un silencieux regard,
Nos mains se sont nouées et nos yeux accrochés.
C’était un jeu social de confiance en autrui.
Toi qui étais enceinte me semblait un écrin.
Tu souriais, ouverte, confiante et prête à tout.
Moi, je sentais le poids précieux de vous deux !

Dans nos jeux répétés de nos yeux dans nos yeux
J’ignorais encore tout de ce grand voyage
Sur les flots de ton âme qui allait me porter
D’instants dorés de joie en gouffres douloureux.

C’était plus de deux ans, déjà... c’était hier
Car malgré ton absence chaque jour je m’émeus
En pensée avec toi dans un instant céleste
Qui fait sourdre de mon âme un divin nectar.

Dans un bruissement doux de tumulte amoureux
Affranchis de nos êtres nous sommes côte à côte.

Ecrit par Pilar
Tous droits réservés ©