Poème précédent
       

Une vue céleste

Je ne sais pourquoi mon cœur est ravi ?
A la vue d’un tel paysage, je frémis
C’est comme si, le paradis, j’arrive à palper
C’est comme si, j’ai deux ailes et j’arrive à voler
Même l’ombre de mon pénible fardeau, blêmit
Je me vois dedans, volant sur mon tapis
Oh, que j’aurais donné cher pour ne plus m’en détacher !


Ecrit par Charazed
Tous droits réservés ©