Lynchage

Toute la haine me revient.
Que souffle un vent de violence !
Je veux ton sang tachant mes mains,
Je vais t'achever d'arrogance !
Ton insolence réveille
Les mille colères oubliées,
De celles qui tuent le sommeil,
Qui font le coeur arme et brasier.

Qui font le coeur tambour,
Qui font les guerres velours.

Rien n'arrêtera mon courroux,
Ni même un mur d'anges bâti,
Tu alimentes mon dégoût,
Tu seras douleur cette nuit.
Je vais te réapprendre à vivre,
C'est bien ton âme que je veux.
Ce n'est que de rage dont je suis ivre,
Avide d'excuses et d'aveux.

Avide de tes pleurs,
Avide de malheur.

Dire que tu me croyais sage !
Tu m'en pensais bien incapable.
A genou pour le lynchage,
C'est l'heure de plaider coupable !

Il en fallait beaucoup
Pour tuer ma patience,
Mais t'as tenu le coup.
Seul t'attend le silence.
Je vais te voir te tordre
Déformé de douleur,
La poussière est à mordre.
Tu peux blanchir de peur !
Il n'en fallait pas plus
Pour réveiller en moi
Le pire des virus
Qui fera ton effroi.
Je vais te vor plier
Sous le joug de mes foudres,
Tu peux déjà prier.
T'as mis le feu aux poudres !

C'est tout le poison de tes veines
Qu'appelle la terre désormais.
Toute résistance serait vaine.
J'ai ce qu'il faut pour y couper !
L'animosité me dirige.
Malheur à qui ouvre la cage
Pour rendre au fauve les vertiges
Manipulant l'instinct sauvage.

Manipulant les flammes,
Manipulant les âmes.




Ecrit par F.Lo
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net