Métamorphose

Chevauchant les crêtes
Aux cheveux d’argent,
Le serpent des mers
Me déposa enfant
Sur ce long rivage
Où gémissaient les conques
Qui en vain hélaient
La lune gibbeuse.
D’abord je fus reine des anémones
Puis m’envolais en Alcyon
Tout enluminé de saphir,
Je fus enchaîné dans une cage
Qui oscillait entre les nuages
Mais l’amour soufflé se brisa
Sur de hautes vagues de pierre.
Je n’ai plus de voix nul ne m’entend
J’ai beau hurler à l’océan
Je suis perdue aux fonds factices
Mon corps est devenu tout blanc
Mes yeux rougeoient dans les abysses
J’ondule entre les précipices
Sans pouvoir ressortir au vent.
Plus tard dans les marées stellaires
Je renaitrai en feu follet
Et j’irai vite me réfugier
Dans le regard d’un nouveau-né.


Violette et Banniange




Ecrit par Banniange
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net