Road-tripe

Les loups se lavaient dans l'étang
Je les voyais
de l'autre versant
des rives où le soleil est vermeil quand il se lève
On avait passé la nuit
dans un bout de Larzac
On ne comptait pas les jours qui précèdent
et pourtant
le temps passait
Ton sac à main
vide
et consistant
se perdait
pour toujours
dans un coin de rire et de faubourg
Ils étaient là
ces loups
qui cherchent un peu d'amour
et gueulent
et gueulent
un sentiment de feuilles mortes





Ecrit par Dynamot
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net