Fiat (500) lux

L’obstétrique argousin des sentes réductrices
Essaime en rotors las les puerpéraux chagrins
La méthamphétamine a des silos à grains
La même exhortation dont l’œil a les prémices

Pire encore à chanter les ors des tristes reins
Caracolant naguère au sol mou des actrices
Il est à découvrir les sentines matrices
Sentinelle fluo maquette où tu t’astreins

A réifier l’idoine insoluble allumette
Excavation des sens absolus margouillats
L’heur est parfois tragique et crie la crépinette

Amor à mort Léon taille donc les thuyas
Jamais non plus jamais dans ce palais rétif
Ne pleureront les vis de cet écrou captif




Ecrit par Lo
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net