Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
François VILLON



Sa biographie
et ses oeuvres
Cliquez ici pour accéder à la biographie du poète (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             


L'Épitaphe de Villon ou " Ballade des pendus "



La poésie lyrique, expression poétique des sentiments personnels, s'ancre dans la subjectivité car elle touche à l'universel, au-delà du moi auquel elle semblait d'abord se restreindre. Les poèmes de François Villon, bien que subjectifs, ne peuvent être considérés comme une forme de poésie personnelle tant la fiction s'y mêle à l'autobiographie.

L'Epitaphe Villon, ou La Ballade des pendus, considéré comme le testament du poète (il l'écrit alors qu'il s'attend à être pendu), est l'expression d'une émotion sincère justifiée par l'existence tourmentée du poète. Mais Villon y donne la parole à des pendus fictifs qui proclament l'universalité du genre humain, invitant ainsi le destinataire à s'identifier au sujet de l'énonciation et à se placer sous le regard de Dieu.

-----------------------------------

L'Épitaphe de Villon ou " Ballade des pendus "

Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s'en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Se frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir dédain, quoique fûmes occis
Par justice. Toutefois, vous savez
Que tous hommes n'ont pas bon sens rassis.
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l'infernale foudre.
Nous sommes morts, âme ne nous harie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

La pluie nous a débués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis.
Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps nous ne sommes assis
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesser nous charrie,
Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.
Ne soyez donc de notre confrérie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie :
A lui n'ayons que faire ne que soudre.
Hommes, ici n'a point de moquerie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !


https://youtu.be/uXOXLxVu_q8

Ecrit par François VILLON
Tous droits réservés ©



Il y a actuellement 26 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [37]:
Violette. Rickways. Jmd. Lo. Tonindulot. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Guy. Evemarie. Maninred. Nostahrj. Royam. Banniange. Stella. Lefebvre. Marcek. Joa. Luluberlue. Claudel. De Lesquivir. Mistou. Lysio. Mahea. Christ. Poetedza. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Piwi87. Arnaud Gerard. Pseudo. Olympe. Iffic. Amon 1er. Geairaret.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Amankas. Anonyma. Youyou. Geairaret. Anton. JustForYou. Nanar. J.uli.ette. Micharrd. Kota. Emimar. Saad El bellaoui. Iffic. Starman. Sagapresse. Brinsa. Louis.B. Zen. Imdbaur Thurar. LeNouveauMillenaire.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924