Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Vegna



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Catégorie : HUMOURCliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:HUMOUR

Iago


Coucou les cocos, moi je m’appelle Iago, j’suis le méchant qui perd à la fin.
Je tisse des toiles, je projette des plans. Gare à toi si t’es dans mes desseins.
Je ne suis pas de ceux qui font saigner le monde pour un’ couronne une femme ou un siège.
Je suis de ceux qui croquent’ tout les fruits de la terre et j’préfère ceux qui sont dans vos mains.

J’observe et convoite et jalouse et envie tout ce que je ne possède pas.
J’ai tendance à voir dans les gens au coeur pur tout le fiel que je possède en moi.
Othello le More à promu un pignouf dont je mérite’ mille fois la place
Et je compte bien réparer cet affront qu’il ose me jeter à la face.

J’préfère’ déléguer les meurtres par des mains que je sais plus habile que moi.
Pour ça faut un levier d’action et Desdémone’, sa femme, y pourvoira.
Sa candeur, sa beauté, sa bonté, sa douceur sauront dissimuler mes paroles :
C’est un drame en cinq tranches qui déchire les coeurs et c’est moi qui détient l’plus beau rôle

Mes mots insidieux sous mes airs angevins ne sauront jamais me desservir
Je suis aux commandes’ d’une’ machine infernale’ que personne ne peut engourdir
La traitrise m’écoeure’ mais c’qui écoeure attire, alors du coup bah j’aime bien ça.
A quoi bon des valeurs, quand on s’en affranchit, le monde nous ouvre grand ces bras.

Je vois vos regards désapprouvant mes actes, ils s’orientent nombreux vers moi.
Vous comprenez déjà comm’ le monde irait mieux, si les gens comm’ moi n’existaient pas :
Il trafique, il farfouille, il projette, il fomente, et tout ça se termine au saloir.
Mais ça reste entre nous parce que sinon ce soir vous seriez resté au plumard.

La catharsis opère et vos coeurs se relâchent quand la sanction me tombe dessus.
On dit merci Iago pour ce comprimé d’art qui redresse notre âme bossue.
On a longtemps pensé que je n’existait pas en dehors de vos petits spectacles,
Shakespeare n’a rien crée, j’oeuvre dans le réel, pour mener l’humain vers sa débâcle.

J’ai accédé au Dôme au début de ma vie sans que je sache vraiment pourquoi.
La magie dans les mots, les mots dans les intrigues, voilà ce que j’ai appris là bas.
Une fois hors de scène, Iago sort de l’acteur et vas roder dans les rues des villes.
J’ai alors mes vrais gestes, mes vrais mots, ma vrais voix et m’attaque à la gente civile.
En épargnant les gens les plus vils.


Ce texte vient du recueil : Le Dôme.

Ecrit par Vegna
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 10 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [6]:
Littlecaty. Levent. kigo. CinquiemeVallee. Paul Lefort . Paul.Lefort.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Paul.Lefort. Paul Lefort . CinquiemeVallee. kigo. Levent. Littlecaty. Rickways. Gigi c. Clairemarine. Marinambre. Stefane. Kuamedi. TheJujitsu. Otris. Tanteyole. Richarsonne. Miltanya. Cecilia . Petou. Ohazar.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924