Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Marcek



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)




 Interprète
Jmd



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'interprète (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)


Poème précédent Poème suivant
             

Catégorie : IMAGINAIRECliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:IMAGINAIRE

Un enfant au grenier

*



C'est un parquet vieilli, où l'on entend danser
Mille pas de souris. Et si peu de lumière
Tombe du fenestrou, que lorsqu'on a poussé
La porte du grenier envahi de poussière,

On a le coeur battant, et l'on hésite un peu,
Cherchant à découvrir aux portes du mystère
Quel fantôme léger, dans un suaire bleu,
Se promène là-haut, pensif et solitaire !

On trébuche soudain, et voici qu'on s'étale
Sur un tapis usé où dort, dans un berceau,
Un tout petit bébé à la figure sale :
Mais ce n'est qu'un poupon que l'on berce aussitôt,

Comme le fit jadis cette jolie fillette
Dont on voit le portrait dans un cadre d'étain,
Le poupon dans ses bras, un ruban sur la tête,
Le visage sérieux sous des cheveux châtains.

Qu'est-elle devenue? Et puis, la connaît-on?
On se penche, intrigué, observant le menton
Volontaire et la bouche petite. Mais quoi!
On lit soudain son nom, et l'on reste sans voix.

Il s'agit de Manou, cette chère grand-tante
Qui va sur ses cent ans, et dont la voix brisée
Nous effraie, car elle est fragile et chevrotante
Quand remue son menton aux quelques poils frisés.

On la prend quelquefois pour la fée Carabosse
Mais on ne le dit pas, on est bien élevé,
On évite, bien sûr, de regarder sa bosse
Et la verrue tremblant sur sa joue violacée.

Qu'elle ait été un jour cette belle fillette
Qui berçait ses poupées, souriant tendrement,
Nous paraît incroyable, et l'on secoue la tête
On n'ose envisager les ravages du temps.

Et l'on fuit ce grenier que soudain l'on déteste,
Dévalant l'escalier à grands sauts de cabri,
Savourant le plaisir de se sentir si leste,
Mais aux bras de maman recherchant un abri!



Ecrit par Marcek
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 27 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [49]:
La veuve noire. Licorne. Violette. Rickways. Fanch. Polymnie2. Jjnad. Tonindulot. Lili. Pierre. Alex. Machajol. BY-LP. Oxalys. Le bizarre. Evemarie. Ray78. Nostahrj. Royam. Lasource. Muserhode. Louis. Fasya. Jenesuisrien. Wall. Banniange. Lefebvre. Anthime. Soleil factice. Marcek. Joa. AR_d_N. Salus. Eolia. Claudel. Jacou. Chicabala. Ottomar. Sylvain2023. Aurorefloreale. Lady. Arcane. Jpfras. Grain de sable. coeur de poete . Eva Dam. Typique. Cthulhu. Mido.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Cthulhu. Ditirambique. Zoe. Mathichouxxx. Clive1988. Lou75. Pat. Keendboy. Mido. Genepi. Caillou7510. Bombadil. Tulipe noire. Bzh29. Switemia. Arthure-rheinmoche. Guiguii. Sisouna. Ninapikolina. Wolverine.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924