Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Lolo



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Catégorie : AMOUR ET SENTIMENTSCliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:AMOUR ET SENTIMENTS

Poésie et érotisme


Un peu plus haut, un peu plus loin

Un vent léger et chaud attise nos désirs.
Le ciel s’étoile de mille feux sur la nuit.
La terre parfume l’air sans distraction.
Nos regards nous plongent plus près du vrai plaisir.
Nos sens regorgent de plaisantes intentions
pour cet instant où l’on a repoussé l’ennui.

Ce décor génère le flux de l’énergie.
Il évoque l’acte qui se transforme en rêve
que l’on respire seul, ensemble pour la trêve.
Une verdure qui s’exhibe à cette orgie
pour des êtres à la recherche de magie.

Enlacés on s’éprend. Les mots n’ont plus de place
à travers des regards grisants qui s’entrelacent.
Ils s'évaporent à la douceur de tes doigts
parcourant mes lèvres à la vue de la proie.

Le piège se ferme, tes mains me découvrent
dans des caresses, des soupirs dont tu me couvres.
Ma chemise se fend pour aspirer l’haleine
filtrant de ton buste gonflé par cet amour.
Un dernier baiser puis, je t’enroule à mon tour.
Dès lors, éclate un vent qui dissout toute gêne.
Un profond désir me saisit sur cette scène.

Enfin je peux toucher cette peau satinée.
Des formes que je n’aie plus à imaginer
Si près de tes lèvres, moi qui veux patiner
sur ton souffle rempli d’exagération
comme si tu voulais que mon corps se durcisse.
Tu le savais si bien pour que cela réussisse.
Cette nature fait sienne ce qui se dresse.
Elle me projette à ton épaule, à tes seins
gonflés de folies qui ont mon attention.
Ton regard bavard m’a révélé un dessein
Un moment de l’esprit érigé en kermesse.

Le souffle coupé, nos yeux brillent, entrainés
par la sensation dont nous gave ta main.
Sa glissade pousse nos deux corps à s’aimer.
Roulant sur les vallons de tes seins, elle glisse
irrémédiablement pareil à un esclave.
Un geste engagé et sans aucune pudeur.
Ta main me transporte dans des endroits si lisses
Mon âme s’égare et vagabonde à l’odeur
grisante d’un sexe se prêtant au partage.
Un réceptacle où il n’existe plus d’entrave.
Ton corps accompli me prédispose à la fête
lorsque tu m’assailles, devenu ton otage
dans cette joute, ne se lassant d’allégresse.

Dans un mouvement qui engendre la démence,
je ressens tes ongles qui vont beaucoup trop bas.
Cela m’émerveille de me voir pris d’assaut
par le frétillement féminin qui s’ébat.
Mon sexe déclenche de délicats sursauts
trahissant le souhait de sentir la semence
émaner en une poussée grandiose en soi.
Tu couches semblable à une grande déesse,
tes lèvres contre les miennes avec candeur.
Foison de moiteur qui m’enflamme de surcroît.
Puis un grand abandon se fait entre tes jambes.
Lentement nous sentons une immense chaleur
saisir nos personnes plus fort qu’une jouissance
réunissant nos coeurs d’amour et de tendresse.
Mes mains à tes hanches, on s’aide à conserver
l’infinie plaisance gagnée en me serrant.
Unis physiquement pour ne plus être errant.

Sans relâchement, je m’efforce à t’observer
pour te faire monter en joie un peu plus haut,
pour te faire goûter l’orgasme un peu plus loin.

Tu libères dans mes oreilles des soupirs
m’affichant de couleurs et de jolis sourires.
Un présage à toutes ces pénétrations
que l’on se donne sans réfléchir à tantôt.
Tantôt où s’éteindront nos pulsions de feu
qui brûlent sans répit ce monde enfer de jeu.

L’écho de sons perdus t’annonce la venue
de la sève lancée avec déconvenue.
Un refuge divin qui aime me revoir.
Ainsi se rejoindre sans fin pour s’émouvoir.

Doucement tu glisses ta main sur mon visage.
Ton corps rassasié de plaisir s’abat sur moi.
La quiétude règne en maître sur ce paysage.
Le temps s’est enfui et avons trouvé l’émoi.
Nos yeux d’amoureux se sont enfin réalisés.
Une nuit a suffi pour nous électriser.

Exercice périlleux pour arriver à un juste équilibre entre l'aspect poétique, l'érotisme, la sensualité et le désir.

Ecrit par Lolo
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 30 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [4]:
Licorne. Oxalys. Anemone. Leonard.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [64]:
Licorne. Violette. Rickways. Polymnie2. Lo. Tonindulot. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Colline. Evemarie. Jeannine B. Poetry. Nostahrj. Royam. Lasource. Ann. Muserhode. Louis. Saintes. Isa la Bella. Fasya. Wall. Gerachau. Joa. Verbo. Dynamot. Salus. Bebe. Lucie. Mijo. Anemone. Jakecrit. Catriane. CreepyBrain. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Nihilisteo. Guigui90000. Isabelle Chevalier. Lafleurquirime. Alain le roux. Typique. Ouakaman. Laurent7869. Lastours. Zeev stern. Zalina. Bleu Horizon. Tanguera6. F.Lo. Cocicofa. SteveMtl. Aerospleen. Coroner. Mercurocrom. Mixka. Eti. Ericd. Anil. Andrea. Kolean.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Taciturne. Kolean. Andrea. Bougainvillier. Goulven. Zoeyxtkop. The_Writer. Fanny. Anil. Alain le roux. Losamigos1. PrimeSauce. Ericd. Ivanitch. Melodie. Eti. Tesla. Ouroboros. Spalmaer. Coroner.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924