Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)




 Illustrateur
Royam



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'illustrateur (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)


Poème précédent Poème suivant
           

Catégorie : AMOUR ET SENTIMENTSCliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:AMOUR ET SENTIMENTS

Disgrâce

Highslide JS

huile





Disgrâce

Pigeonnantes roucoulades
Colombes dévergondées,
Vous ne m'êtes plus qu'ondées
Douchant mes chastes idées
- cabrioles et roulades -




Je ne conquiers plus de cœur
(Le mien doit être obsolète)
Plus de fesses, plus de fête,
Plus de fille, même laide,
Qui brûle d’être ma sœur…

Or sans l’ombre d’une dette,
Ne sais mépris ni rancœur !
(Si jamais je fus chasseur,
Je ne piégeais qu’en douceur ;
Un aveu qui pour moi plaide…)

Bah ! les belles, des grisons,
Briguent les sacoches riches,
Et je n’ai, moi, qu’hémistiches
Millionnaires - et des friches -
A proposer d’horizons !

Miss qui seul pour le fric biche,
Protégeant tes floraisons
De tant de fausses raisons,
Tu renforces mes prisons
Quand je te vois qui t’entiches

De n’importe quel crétin
Terne, dont le mot babille,
Alors que partout je brille
D’une obstinée escarbille !
- Pourquoi ce menu fretin ?

Pendant que ta moue étrille
Des poètes le gratin
Que tous admirent (mâtin !)
Pour son vers adamantin :
Moi ! qui, chantre, en chaque fille,

Ferais chavirer l’esprit,
Suivant la courbe des hanches,
En de douces avalanches
De fanfreluches bien blanches !
(Je t’entends déjà qui rit,

A la manière des anges !)
… Pourtant ton œil qui s’éprit
D’un gars nullement spirit',
Gras, pas plus mage qu’éfrit,
Lance des lueurs étranges… 

Mais, c’est vrai, je suis chenu,
C’est normal qu’on m’abandonne,
Je ne suis plus qu’un fantôme !
Adieu Gomorrhe et Sodome,
Eros, comme il est venu,

Est reparti, ça m’étonne,
Mais c’est ainsi : - Je suis nu !
Rien qui vaille, à ce menu ;
Pour toutes, moi, l’inconnu,
Je ne suis plus qu’un vieil homme…



Ecrit par Salus
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 22 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [62]:
Licorne. Violette. Rickways. Skywheeler. Polymnie2. Jmd. Lo. Tonindulot. Pierre. Machajol. BY-LP. Oxalys. Colline. Evemarie. Maninred. Nostahrj. Royam. Ann. Muse31. Muserhode. Louis. Saintes. Isa la Bella. Louis Vibauver. Wall. Stapula. Lefebvre. Soleil factice. Marcek. Joa. Ma douce. AR_d_N. Salus. Aguirre. Eolia. Claudel. Mijo. Anemone. Pilar. Mahea. Sylvain2023. Aurorefloreale. Leonard. Maldoror. Ventvert. Yanis abrous. Isabelle Chevalier. Mickael. Par ma voix. Mona Farbiu. Coeur de poete . Jamsens. Typique. Lastours. Ced le magnifique. Noiressaim. Bleu Horizon. Joailes. Maitia. F.Lo. Vincentcros. Mathilde.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Esther. Aristote. Mathilde. Lili95. Mandarine. L_homme_regarde. Lanter. Licrone. Le fou. Hannah. Colfeau. Vincentcros. Lou-guit. FranckLPSME. F.Lo. Nazca. Le Corbeau Noir. Novembre a Paris . Pivoine. 5g.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924