Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Catégorie : AMOUR ET SENTIMENTSCliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:AMOUR ET SENTIMENTS

Mon florilège


Inaugurale, tu le fus, ma Marguerite!
Un avare la livra comme Huguenote
Mais au prix lourd d’une déesse Hottentote,
Son galbe affriolant que fuient les Wahhabites,
Comme un vase précieux, ornait mon mou boudoir,
Sa blanche corolle, son si soyeux calice,
De mois en émoi, nous avaient rendus complices,
Elle fana quand se fêla mon arrosoir.

Vinrent ces deux Roses tellement belliqueuses
Qu’elles provoquèrent trop de guerres civiles,
Je les ai conquises une nuit épineuse,
Qui, depuis ce temps, sont devenues bien fébriles
Qu‘elles fussent rouges ou blanches, peu me chaut,
Leurs baisers d’infirmières tatouaient ma peau,
Jamais je n’oublierai leur pistil parfumé
Que d’horribles teignes ont tout étiolés.

J’invitais un beau soir la pure sauvageonne
Prénommée Eglantine, une vraie amazone,
Nos ébats buissonneux m’ont scarifié, honteux,
A cet endroit secret qui fait jurer les vieux,
Quand Narcisse est venu, je me sentais bien seul,
Je pelais un oignon avec mon grand glaïeul,
Son bulbe si poilu m’irrita tant en somme,
Qu’il partit visiter les tranchées de la Somme !

C’est en scaphandrier que je vis Anémone,
Elle était enlacée par mille tentacules,
On n'était plus trop loin des colonnes d’Hercule,
Je l’ai harponnée ferme avec ma vigueur d’homme
Et l’ai vite posée dans un vaste aquarium,
Elle m’avait irradié comme de l’uranium,
Sa vulve frémissante aux odeurs épicées,
Quand elle a desséché, je n’ai pu l’oublier.

Ô dame Camélia aux si nobles atours
Que mon ami Dumas m’avait tant conseillé,
Tes tubercules, hélàs, mon si bel amour,
Sentant ma jalousie se sont contaminés,
Je failli t’écraser, toi, humble Capucine
Elevée au couvent dans les brumes andines,
Nous vécûmes en vain la douce dilection,
De viles limaces prirent ta floraison.

Certains vont me traiter de pauvre monomane,
D’obsédé compulsif doublé d’un mythomane,
Pourquoi me justifier devant ces tristes sires,
Gangrenés par l’envie, ils n’auront pas mon ire !
Je leur donnerai juste mon titre et mon nom :
Docteur Giacomo Rappacini* fait baron
Taxidermiste en diable et fleuriste de serre
Pensionnaire honorable à la Salpêtrière**.

*Personnage d'une nouvelle fantastique de Nathanaël Hawthorne.

**Célèbre hôpital public de Paris où travaillèrent plusieurs personnalités comme Charcot, Janet, Freud…


Ecrit par Banniange
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 15 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [42]:
La veuve noire. Violette. Rickways. Lo. Tonindulot. Pampelune. Machajol. BY-LP. Oxalys. Colline. Guy. Evemarie. Jeannine B. Maninred. Nostahrj. Lasource. Ann. Fasya. Banniange. Marcek. Lala myriam. Brulene. Fran72. Eolia. Candlemas. Poetedza. Catriane. Sylvain2023. Aurorefloreale. Arcane. Piwi87. Maldoror. Guigui90000. Smidos. Pseudo. coeur de poete . Dilahk-Ihtebaromle. Fdx. Martial. Le-blogtrotteur. Youyou. Typique.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Dringpiece. Isidore. Typique. Barissa. Monsieurpaul. LilieTheKid. Clindoeil. Sagittaire. Un dormeur . LeCanadien. Litterateur17. Jon_contrecourant. Antonwhat. Abelard. Leptotenes. Clement docteur. Bobley. Chiquo34. Poetefou. Eva Dam.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924