Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Madykissine



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Catégorie : LES HOMMESCliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:LES HOMMES

Don Quichotte et Tartuffe


Sauf le respect qu'on a pour l'ancien, le nouveau,
Sauf l'admiration qu'on garde pour le beau,
Parfois on se prosterne
Aux pieds d'un orateur qui lève ses deux mains
Au ciel pour attester qu'il est bon mandarin...
Tout, ailleurs, semble terne.

La question se pose à partir du moment
Où l'on nous contrarie dans cet éloignement
Des choses de la vie.
Don Quichotte et Tartuffe ont-ils, à travers nous,
La longue descendance attestée par les fous
Des belles comédies ?

La chose est étonnante : on reconnaît parfois
Tel ou tel caractère au détour d'un sous-bois,
L'ombre d'un personnage...
Et puis on se reprend. Non celui-là n'est plus
De la société. Ce serait incongru
Dans notre paysage.

On nous a prévenus : les extrêmes sont loin
Du milieu tempéré pour les petits besoins
Des petites idées.
Les forts tempéraments doivent se mesurer
À la ténacité des marchands patentés
Aux ordres des armées.

Pourtant, c'est incroyable : un reflet familier
Saute à l'esprit soudain, sous la cotte d'acier
Forgée d'hypocrisie.
Comme un frère jumeau, ce terrible fléau
Ressemble, de profil, au grand as de carreau
Qui règne au casino.

Qu'on nous prenne de peu pour des bouffons du roi
Pourrait, las, advenir, malgré ce que nous doit
La presse qui s'empresse.
On ne nous comprend plus. Pourtant, on parle tant
Dans la modernité des cercles adjacents
Promis à la souplesse.

On annexe, d'un doigt, l'ensemble du pays ;
De l'autre, on fait le tour du panier des acquis
Dans les mers symboliques.
Pour un peu, le déluge aurait à revenir :
Le partage des eaux découvre le désir
Aux rives colériques.

Qui change l'or en plomb ? Morbleu, ce n'est pas nous !
Depuis le temps qu'on perd à jouer au plus fou,
Ça se saurait, messire !
Il faut s'attendre à tout, disait l'âne à l'enfant
Qui ne nous transmit pas son amour étonnant
Contre une tirelire.

©M.KISSINE – Verroteries ISBN 9782919390311
DLE 2016

Amicalement à vous
MK
18 septembre 2016


Ecrit par Madykissine
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 25 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [48]:
Licorne. Violette. Rickways. Polymnie2. Tonindulot. Lili. Kim Aquilina. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Pieds-enVERS. Oxalys. Colline. Evemarie. Jeannine B. Royam. Lasource. Saintes. Fasya. Wall. Lefebvre. Marcek. Joa. Cepyge X. AR_d_N. Jamespx. Ottomar. Pilar. Christ. Catriane. Aurorefloreale. Arcane. Yanis abrous. Isabelle Chevalier. Coeur de poete . Saline. Martial. Dehorian. Amon 1er. Typique. Laurent7869. Lastours. Andre. Rogertibbart. Robin. NeoEru. Zeev stern. Zalina.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
vincent night darline. Zalina. IlluB. Robin. Zeev stern. Franklino. Luciole12. Fialotta. Notimart. Fish. NeoEru. Mathys DLF. Smartass. Tilt. Olicsm. Azziz5. AlanJoyce. Par ma voix. Darty75. Pakita07.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924