Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Rimatouvent



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Catégorie : IMAGINAIRECliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:IMAGINAIRE

Homo sapiens / Homo poeticus






Un éléphant, une éléphante, aimant danser,

Du tango argentin déclinaient les figures,

Osant maintes finesses et sachant nuancer,

Ils transpiraient un peu bien que sous des ramures.



La chaleur devenant quasi insupportable

Ils se rendirent alors au bord d’un doux ruisseau

Où l’onde sans soleil faisait plus supportable

Le climat de l’Afrique où il fait toujours beau.



Tentés par un tapis de plaisants nénuphars

Ils esquissèrent sur lui des figures si belles

Que Terpsichore ravie anima la fanfare

Et que les spectateurs vinrent en ribambelles.



Un singe, humanoïde, ayant lu un peu trop,

Clama qu’il était sot de croire aux pachydermes

Dansant sur ces fragiles et flottants végétaux.

Dire qu’ils ne sombraient pas n’était que baliverne.



On l’écouta un peu il connaissait Newton

La gravitation lui semblait explicable

Et sur des nénuphars si l’on mettait des tonnes

La nage salvatrice était inévitable.



Un autre prétendait que tout était possible.

Sur une toile d’araignée il avait vu

Un éléphant sportif, aux mouvements, sensible,

Donner, se balançant, un spectacle imprévu.



Le temps régla la chose et les singes se firent

Des homo baptisés sapiens ou stupidus,

La logique à certains parut seule suffire

Mais d’autres réclamèrent un petit rien en plus.



D’un coté l’on avait de délicates têtes

Conservant des nuages un peu d’imaginaire

De l’autre on entassa ceux n’étant pas poètes

Prétendant la raison, au bonheur, nécessaire.



Passant par là, Pascal avoua sans attendre

Que l’imagination est folle du logis,

Qu’on ne saurait garder l’esprit ou le cœur tendre

Sans garder en pensée un soupçon de magie.



Il faut que l’on soit sage avec sobriété

Souffla Alceste ensuite à l’excès de rigueur

Laissez aux éléphants la grande liberté

De se poétiser si là est leur bonheur !










Ecrit par Rimatouvent
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 27 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [3]:
Violette. Machajol. Aurorefloreale.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [48]:
Licorne. Violette. Rickways. Polymnie2. Lo. Tonindulot. Kim Aquilina. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Evemarie. Jeannine B. Ray78. Lasource. Ann. Muse31. Louis. Isa la Bella. Fasya. Wall. Banniange. Marcek. Joa. AR_d_N. Salus. Lucie. Claudel. Mijo. Ottomar. Pilar. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Nihilisteo. Yanis abrous. Milo. Typique. Bzh29. Mido. Laurent7869. Lastours. Andre. Ombre. Sebasura. Ced le magnifique. Fougeredudesert. Estceguido.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Moitbu. Estceguido. Ombre. Fougeredudesert. Ced le magnifique. Sebasura. Zoetoile . Crampshalterofilia. Tony. Manon_climb. Cracovien. Andre. Habenaria Radiata. Shakespeare Junior 971. Taw. Eclat de lune. Lastours. Togson. Fifty. Laurine.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924