Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)




 Illustrateur
Royam



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'illustrateur (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)


Poème précédent Poème suivant
           

Catégorie : LOISIRSCliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:LOISIRS

Le langage des oiseaux

Highslide JS

huile de mayor




« Ora et labora »


Praticien minutieusement démesuré,
J’extrais une phrase aux miroitements écrus ;
Tel crée un Paracelse, en précipités bruts,
Tant d'arcanes d’un Œuvre aux mystères accrus,
Je sublime en l’athanor les sons. Censuré,
Mon alambic concocte un discours césuré
Dont la transmutation tient du symbolisme, ou,
Alchimie appliquée, impréhensible clou,
D’un corpus ésotérique architecturé !

Féru du vieux grimoire et mage autodidacte,
Je fonds le plomb dans le creuset de l’occiput !
Ma recherche est intense et j’avance sans but,
Et je suis gigantesque, et je suis Lilliput !
Je cémente et retrempe un sémantique pacte,
Flirte avec le vortex, la pâle cataracte
Mercurielle, noria d’alliages occultes,
Vers en cacophonie, avec l’écho d’insultes,
Les tombereaux du blanc bruit nu qui se diffracte…

« Solve et coagula»

La forge porte au rouge, au flot d’un souffle vif,
Le laïus malléable en sels de Quintessence !
(Ce cinquième élément, cohésion de l’essence,
Qui relie et mélange et le iambe et la stance,
Se mord la queue, Ouroboros impératif !)
Ainsi, je vais jusqu’au dernier cercle, intrusif,
Néphilim déchiffrant les pentacles d’Hayyan,
Marie-la-Juive, et les beaux vers d’Omar Khayyam.

…Et du kérotakis distillant tout ton kif,
Jobelin, je me drogue à la vaste fumée
Emanant de tes sels calcinés et dissous ;
Je cherche l’antimoine et la fleur d’airain, sous
Les feux secrets du sage ; aux accents d’anges saouls,
Le chant sacré pâteux, la parole embrumée ;
Je bois à l’eau première une ivresse bien née
Que la philosophale ambroisie illumine,
Bouillie au vif-argent, cuite en l’ambre androgyne,
Du feu résiduel de mon âme damnée.





Ecrit par Salus
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 15 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [48]:
Licorne. Violette. Rickways. Polymnie2. Lo. Tonindulot. Kim Aquilina. Pierre. Machajol. Oxalys. Evemarie. Jeannine B. Maninred. Nostahrj. Royam. Ann. Muse31. Isa la Bella. Wall. Banniange. Marcek. Joa. Salus. Lucie. Claudel. Mijo. Ottomar. Pilar. Sylvain2023. Djoze. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Nihilisteo. Yanis abrous. Isabelle Chevalier. Mona Farbiu. Milo. Typique. Mido. Laurent7869. Lastours. Andre. Ombre. Sebasura. Ced le magnifique. Fougeredudesert. Estceguido.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Moitbu. Estceguido. Ombre. Fougeredudesert. Ced le magnifique. Sebasura. Zoetoile . Crampshalterofilia. Tony. Manon_climb. Cracovien. Andre. Habenaria Radiata. Shakespeare Junior 971. Taw. Eclat de lune. Lastours. Togson. Fifty. Laurine.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924