Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Oxalys



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Catégorie : SPLEEN ET TRISTESSECliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:SPLEEN ET TRISTESSE

Allégeance à la muse Poésie (glose)


Dans les rues de la ville, il y a mon amour.
J’ai connu près de lui l’harmonie de beaux jours
Mais il me laisse en proie à fatigue soudaine.

Peu importe où il va dans le temps divisé,
S’il vaque à autre chose, ailleurs va deviser,
Toujours sa liberté restera souveraine !

Il n'est plus mon amour : chacun peut lui parler,
Alors que je n’ai plus grand-chose à révéler
Tant le manque d’idées mon atonie entraîne.

Il ne se souvient plus qui, au juste, l'aima
Et se tait, affectée d'un malin trauma,
Comme une enfant transie sous la pluie diluvienne.

Je vis au fond de lui comme une épave heureuse,
Ma plume est aux arrêts. Mais je reste liseuse
Bien qu’on y évoque trop souvent la géhenne.

A son insu, ma solitude est son trésor,
L’occasion de voir que d’autres son support
Utilisent aux fins de la gent écrivaine.

Dans le grand méridien où s'inscrit son essor
Il voudrait m’oublier mais je m’accroche encor
Ma liberté le creuse.

Il n'est plus mon amour : chacun peut lui parler,
Alors que je n’ai plus rien à lui révéler
Tant le manque d’idées mon atonie entraîne,

Il ne se souvient plus qui, au juste, l'aima,
Tant de fois de fidèles poèmes rima..
La nuit, parfois, mon étoile rejoint la sienne

Et l'éclaire de loin pour qu'il ne tombe pas !
Peut-être la voit-il, où qu’il soit, tout là-bas,
Il me plaît d’espérer qu’un jour il me revienne.



Glose d’après le poème « Allégeance » de René Char

Dans les rues de la ville il y a mon amour.
Peu importe où il va dans le temps divisé.
Il n'est plus mon amour, chacun peut lui parler.
Il ne se souvient plus qui au juste l'aima
Je vis au fond de lui comme une épave heureuse.
A son insu, ma solitude est son trésor.
Dans le grand méridien où s'inscrit son essor,
ma liberté le creuse....
Il n'est plus mon amour, chacun peut lui parler.
Il ne se souvient plus; qui au juste l'aima
et l'éclaire de loin pour qu'il ne tombe pas


Extraits
"Eloge d'une soupçonnée » Poésie Gallimard


Ecrit par Oxalys
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 35 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [2]:
Machajol. AR_d_N.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [57]:
Licorne. Violette. Rickways. Skywheeler. Polymnie2. Tonindulot. Lili. Kim Aquilina. Pierre. Rimatouvent. Opus. Machajol. Pieds-enVERS. Oxalys. Colline. Evemarie. Jeannine B. Maninred. Nostahrj. Royam. Lasource. Louis. Saintes. Isa la Bella. Fasya. Wall. Banniange. Lefebvre. Marcek. Sosso. Joa. Cepyge X. AR_d_N. Salus. Claudel. Mijo. Ottomar. Pilar. Christ. Catriane. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Isabelle Chevalier. Coeur de poete . Saline. Martial. Amon 1er. Typique. Mido. Lastours. Andre. Rogertibbart. NeoEru. Zeev stern. Juli. Zalina.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Juli. Vincent night darline. Zalina. IlluB. Robin. Zeev stern. Franklino. Luciole12. Fialotta. Notimart. Fish. NeoEru. Mathys DLF. Smartass. Tilt. Olicsm. Azziz5. AlanJoyce. Par ma voix. Darty75.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924