Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)




 Interprète
Violette



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'interprète (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)


Poème précédent Poème suivant
             

Catégorie : IMAGINAIRECliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:IMAGINAIRE

Les chevaux fous

*


Les chevaux fous des tempêtes se cabrent fort
Puis plongent leur museau dans de noirs soupiraux
D’où s’échappent les cris des enfants du remord,
Oubliés dans la cave où grouillent des crapauds.

Ils heurtent puissamment les enseignes frileuses
D’où ruissellent des étincelles facétieuses,
Comme des billes de feu dans les caniveaux,
Qui crépitent, roulant vers de maigres ruisseaux.

Les chevaux du fracas vont briser des fenêtres,
Renverser les meubles et fêler les miroirs
Où quelques comtesses au visage blafard
Recherchent pesamment les blasons du paraître.

Ils secouent bruyamment les lourdes panoplies
Qui ornent dignement les murs des cheminées,
Lèvent les tentures où se cache, anobli,
Un spectre hérissé de piètres simagrées.

Les chevaux fous des tempêtes clament si fort
Que des avalanches répondent au clocher
Qui fêtent les noces d’Eros et de Psyché,
En habit de neige comme les rois condors.

Leurs naseaux frémissants soufflent des tourbillons
Qui, des grands déserts bleus aux steppes boréales,
Virevoltent en sifflant la désolation,
Malgré les prières de fragiles moniales.

Les chevaux du fracas mordent les hauts cyprès
Qui tombent lourdement sur des croix délaissées,
Où bayent fréquemment dans leur frac bien lissé,
De corbeaux ricanants en quête de becquée.

Leurs sabots acharnés arrachent des sanglots
Aux pavés piétinés où dort un bousingot,
Ils poursuivent les trains suspendus aux échelles
Où tant d’âmes rêvent d’atteindre enfin le ciel.

Et ces chevaux fous aux crinières en rafales
S’en retournent vers leurs provinces infernales,
Chargés de toutes nos frayeurs déjà calmées
Par ces banals poisons qui rythment nos journées.

Ils reviendront un jour quand nous serons si vieux
Et leurs hennissements devenus familiers;
Loin de nous effrayer, ils seront acclamés,
Puis, nous emporteront sur leurs flancs lumineux.




Ecrit par Banniange
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 25 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [37]:
Violette. Rickways. Jmd. Lo. Tonindulot. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Guy. Evemarie. Maninred. Nostahrj. Royam. Banniange. Stella. Lefebvre. Marcek. Joa. Luluberlue. Claudel. De Lesquivir. Mistou. Lysio. Mahea. Christ. Poetedza. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Piwi87. Arnaud Gerard. Pseudo. Olympe. Iffic. Amon 1er. Geairaret.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Amankas. Anonyma. Youyou. Geairaret. Anton. JustForYou. Nanar. J.uli.ette. Micharrd. Kota. Emimar. Saad El bellaoui. Iffic. Starman. Sagapresse. Brinsa. Louis.B. Zen. Imdbaur Thurar. LeNouveauMillenaire.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924