Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Rimatouvent



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Catégorie : DIVERSCliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:DIVERS

Nonobstant les obstacles des ans !



L’écoulement des ans n’est jamais très égal
Certains ont la douceur d’un charmant madrigal
D’autres en la tragédie ont de tristes racines
Les ultimes minutes deviennent assassines.

On sait bien que le temps est un maître méchant
À tuer ses élèves il a vilain penchant
Et bien qu’il soit commun à l’humaine nature
Il cesse quand il veut la vitale aventure.

Au début on le sent avec indifférence
Car l’onde qui s’enfuit à bien faible cadence
Et comme la clepsydre a un débit constant
On croit l’éphéméride, aux heures, résistant.

Mais dans le sablier viennent des parasites
Des grains irréguliers nous rendent des visites
Le rose se voilant, le noir nous persécute
L’on sent avec douleur, du temps, parfois la chute

Et les hauts et les bas du destin qui s’obstine
De rames de barcasse ou bien de brigantine
Poussent le cours des vies imperceptiblement
Car le roseau pensant s’use insensiblement.

La pièce que l’on joue au théâtre des ans
Est un spectacle qui commence en réjouissant
Or le temps et les corps ont signé quelques pactes
Dont d’avance on ne sait le bon nombre des actes.

Des scènes sont exquises on y parle d’amour
De joies, de friandises, de bonheur et d’humour,
Mais l’intrigue inconstante érode le bonheur
De rimes déplorables on afflige l’acteur.

De chapitres en lignes s’en dénoue un final
Dont nul n’a deviné ou le bien ou le mal
Car si Chronos sait habilement conclure
On peut se contenter de sa propre aventure.

Parfois pour prolonger la pendule oscillante
On lègue aux descendants une flamme existante
Et des successions, au delà du miroir,
On voir pousser ceux qui allongent notre espoir.

Mais l’avenir s’en fout il règle les pendules
Des plus modestes sorts, aux destins majuscules
Et seuls quelques poètes aux écrits sans-façons
Disent : le temps est fixe et c’est nous qui passons !





Ecrit par Rimatouvent
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 25 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [2]:
Oxalys. Salus.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [47]:
La veuve noire. Licorne. Violette. Rickways. Jmd. Lo. Tonindulot. Kim Aquilina. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Colline. Le bizarre. Evemarie. Nostahrj. Lasource. Madykissine. Ann. L_ ALB_ATROCE___. Muserhode. Zitoun. Louis. Saintes. Skipette. Stapula. Lefebvre. Marcek. Gaelleloubet. Tomto. Lolo. Cielbleu. Jamespx. Salus. Luciole. Claudel. De Lesquivir. Sylvain2023. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Piwi87. Ventvert. Milo. Hassane1. Drummy. Frederic Matteo. Mary2607.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Mary2607. Laplume. Caritas. FabienDrouet. Floflo03. Diarmund. Jean Cancelier. Saline. Yan. Joack. Isabelle Chevalier. StormMn. Cyr63. Frederic Matteo. Jamsens. Antarahibnchaddad. Claudio62127. JulesW. OscarLeJoyeux. Manimix.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924