Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Djoze



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Catégorie : CULTURE ET SOCIETECliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:CULTURE ET SOCIETE

Tacle


Ticc Taccc Ticcc Tacccc

Tacle à la gueule,
Du système solaire,
L'horloge funèbre,
Le balancier des heures,
Pendu au taux horaire,
Une vie en guerre,
Rien ne reflète plus,
La lumière.


Le bon costume,
Figuration,
Englué dans les codes,
Du pognon,
Démocratique monde de papiers,
Fous-moi le feu à tes idées.


Mon énergie au ralenti,
Marasme des esprits,
On perd notre vie,
A courir après.
Le sens des choses,
Comme si la profondeur se trouvait,
En dehors du cœur.


Mal de mère,
Tous on père,
Balancer dans la machine à laver,
Des esprits,
De la démocratie,
Réglementée,
Le droit d’exister,
Pour payer.
L'être libre,
De travailler.


Engranger les billets,
Dettes insensées,
Peuples opprimés,
Cerveaux désertés,
Salle de cinés,
Blindées,
Poésies,
Abandonnées.


Les mots ne portent plus,
Aucune idée,
Juste bon à raisonner,
Musique et couplet,
Trois phrases,
Envoie la monnaie.


Le temps des bidons,
Déversés dans les lacs,
Les tourbillons,
Des idées vagues,
Dans les tours,
Humanité sous pression,
La quintessence bien maussade.


Mains levées,
Contrôle d'identité,
Qui fait quoi,
Où et comment,
Demande d'abord à ton président,
Aucun compte à rendre,
Même pas l'argent,
Détourné des comptes,
En banque.


Pendant ce temps,
Le temps lui,
S'écoule aux dépends,
Des cœurs tristes,
Cimetière,
De la morale,
Plus aucun cœur ne s'emballe,
La société déprime,
Le peuple,
Se soumet.


La marche arrive,
Mais plus haute que prévu,
Prends ton échelle sociale.
Pour te rebeller,
Tu dois avoir l'esprit tranquille,
Tes factures payées.


Tes supérieurs l'ont bien compris,
Quand dormir à la rue,
Te préoccupe,
On peut t'enfiler,
Et faire de beaux colliers.


A nos rebellions passées,
Nos karmas réincarnés,
Si t'en chies,
Demande-toi,
Simplement ce qu'en t'en fais.
L’Élysée repeinte en torchis maison,
Bien moins de monde dans les prisons.
Deux mois fermes pour le droit d'expression,
Que dire et à qui,
Société de consumation,
Dicte-moi ma vie.





Ecrit par Djoze
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 19 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [54]:
Licorne. Violette. Rickways. Polymnie2. Lo. Tonindulot. Kim Aquilina. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Ray78. Nostahrj. Lasource. Ann. Muse31. Louis. Saintes. Fasya. Jenesuisrien. Wall. Banniange. Stapula. Marcek. Joa. AR_d_N. Jamespx. Thierrycabot. Salus. Lucie. Eolia. Claudel. Mijo. Pilar. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Guigui90000. Ventvert. Yanis abrous. Isabelle Chevalier. Mona Farbiu. Typique. Bzh29. Mido. Lastours. taw. Andre. Crampshalterofilia. Ombre. Sebasura. Ced le magnifique. Estceguido. Lemontagnard73.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Lemontagnard73. Moitbu. Estceguido. Ombre. Fougeredudesert. Ced le magnifique. Sebasura. Zoetoile . Crampshalterofilia. Tony. Manon_climb. Cracovien. Andre. Habenaria Radiata. Shakespeare Junior 971. Taw. Eclat de lune. Lastours. Togson. Fifty.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924