Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Rimatouvent



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Catégorie : EVENEMENTSCliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:EVENEMENTS

Médico drame



De l’acte médical dont l’utile secours
Se trouve retardé par les cardio-détours !


J’étais à l’agonie et vous n’en n'aviez cure
Les vacances négligent des autres les tracas,
Pour me venger j’écris un poème qui dure
Vous le lirez ou non je ne m’en soucie pas

Philosophiquement peut-on rire de tout ?
L’humour est un Janus, tout dépend de la face
Que le sort vous présente au gré du temps qui passe.
Le sourire par moment cesse d’être un atout.

Et pour mieux contrôler les humeurs de l’instant,
Homère de pacotille, à la rime morose,
Je m’en vais essayer de broder sur la chose.
Écrire est un moyen d’être, à tout, résistant.



L’iliaque et l’odyssée
(Épopée coxalgique)


I
Il m’arrive d’encrer quelques papiers divers,
Les muses ayant, parfois, des sentiments pervers.
Laissent aller ma plume un peu à la dérive
Ou vengent le matheux qui de lettres se prive.
J’occupe ma retraite en de petits écrits
Que je fais sans talent vous m’en voyez contrit.
Or le destin venant me rendre coxalgique
Je rime par défi ma douleur organique
Et cherchant la césure en chambre hospitalière
Je transcris mon malheur sans excès de manière.
Voila donc le récit d’un boiteux rimailleur
Auquel la chirurgie offrira le bonheur
II
Soixante dix sept ans toujours tintinophile
Ma hanche, sottement, à droite se défile.
La gauche ayant subi sa restauration
Du chirurgien j’attends une même action.
Hélas la médecine aux amours admirables
Exige bien souvent de nombreux préalables
Et les raccommodeurs de boiteuse santé
Subissent les tracas de la complexité.
La prudence du temps veut un préliminaire
Avant, que chirurgie n’ait l’acte salutaire.
Comme il faut cependant sourire un peu de tout
Je vais vous disséquer l’histoire de bout en bout.
III
Tirons le premier fil de la situation
Où le trouble rejoint la complication
Et le problème étant quasi labyrinthique
Ne nous épuisons pas à chercher sa logique.
Le sablier du temps, granuleux préambule,
Fit un inconvénient qui me désarticule.
Car n’étant du destin qu’une boule mobile
Je le subis, restant quelque peu indocile.
Enfin, pour dire au mieux les soucis de la chose,
Il me sembla plus gai de déserter la prose.
Je ne vous conterai ni corbeau, ni renard,
Mais de ma hanche droite un grand besoin d’égard.
IV
La gauche, par l’action de l’art chirurgical,
Retrouva sa santé qui était au plus mal
Mais en préliminaire à la juste incision
On avait vérifié, du cœur, la précision.
En pratiquant un test à la dobutamine (1)
Qui avait confirmé que pompait ma machine,
Que l’effort s’obtenait lors d’un brin de systole
Suivi pour son repos d’un soupçon de diastole.
La chirurgie, ensuite, intervint sans retard,
Et ma hanche fragile, eut un nouveau départ.
Hélas ! L’autre, de droite, osa me mettre à mal
Clamant que je serai, à court terme, bancal.
V
Il eut été plaisant de livrer le combat,
Comme la hanche gauche l’avait mené, déjà,
Mais dans l’emploi du temps médical du moment
Il y avait hélas un fol encombrement.
Dobutamine n’avait pas de places vacantes.
Il fallait des techniques peu ou prou remplaçantes
Et la cardiologie en quête d’argument
Du scanner-coronaire (2) avança l’agrément.
Le malade n’étant qu’âne non diplômé
Doit se laisser guider par dame faculté.
Et donc on me scanna oreillettes, ventricules,
Pour voir si mes canaux choyaient bien mes globules.
VI
Hélas, hélas, hélas, et quatre fois hélas
Du calcium avait laissé de vieilles traces
Le calcium-blooming (3) si cher aux anglophiles,
Empêchait de juger mes coronaires agiles
Et l’ininterprétable, avec un grand culot,
Dit :je ne vois que goutte en vos cardio-tuyaux.
Il est vrai qu’à mon âge, et d’un stent porteur
Depuis vingt deux ans, on pouvait avoir peur
Que ce maudit calcium qui écrit au tableau
S’en vienne perturber du cœur les vidéos.
Dans un élan final dame cardiologie
Se mit à suggérer « coronarographie » (4)
VII
Me voila derechef sur la table où l’on voit
Dedans mes coronaires une nouvelle fois.
Le temps est à l’été et la salle est si fraîche
Que l’on y gèlerait les noyaux d’une pêche.
Mais je pensais : enfin on va pouvoir me dire
Si, par le biais du cœur, le mal de hanche expire.
Or, je ne sais quel Dieu ennuyant Esculape
Rien ne fut terminé ! Ce n’était qu’une étape.
Car deux humbles sténoses ornant les pellicules
Montraient maux anodins ou troubles majuscules.
Et quelques lésions non significatives
Étaient soit négligeables, soit choses maladives
VIII
Une dame logique au rationnel discours,
Avança un avis offrant nouveaux recours
«Faudrait-il faire un test à la dobutamine.
Molécule disant l’excès de calamine ? »
Si tout se passe bien, une hanche nouvelle
Opérée promptement danse la tarentelle,
Si les sténoses avouent qu’elles sont des dangers
Il faut les dilater avant hanche-changer.
Et voila donc pourquoi je dois encore attendre
Dobutamine ou bien coronaires à distendre !
Le temps est un grand maitre a-t-on dit bien souvent
Mais il tue ses élèves c’est très démotivant !
IX
De la réflexion jaillissait la lumière
On pesa l’embarras de la juste manière.
Du dobu (1) ignoré on oublia le cours
Les sténoses pouvant couver de sales tours.
Une date à venir dirait quand on m’explore
Et si mon myocarde en stents(5) se décore.
Ou bien, si dilatant mes rétrécissements,
On fait mon palpitant s’irriguer librement.
Mais il faudra trois mois après ces bons travaux
Pour que hanche-bistouri se rencontrent à nouveau.
Et qu’on me dise enfin : on y va sans tarder
L’ennui cardiologique a trop fait retarder.
X
Ma hanche dépendant du planning médical,
Ce mal persévérant me mine le moral.
Et mon ressentiment de la difficulté
Doit s’accorder, contraint, avec la faculté.
Il me reste à attendre un nouveau rendez-vous
Qui rationnellement m’en ferait voir le bout.
Car dans mes coronaires où dorment les sténoses
Une dilatation préviendrait les cyanoses.
Puis j’attendrai trois mois privé de gymnastique :
Le myocarde sain, mais toujours coxalgique.
Enfin viendra le jour où la cause première
Verra du chirurgien l’efficace manière
XI
Donc on a décidé de lorgner en détails
Les tuyaux ce mon cœur ainsi que leurs portails
Car dans les étroitesses, aux rives restrictives,
On mettra des outils aux œuvres décisives
Et gonflant des ballons tels des enfants en fête
On ouvrira l’étroit qui aux soucis s’apprête.
Coronarographie est chose touristique
Par l’artère on parvient au but myocardique
Et pour mieux repérer les déformations
On filmera du cœur les imperfections.
Et le vingt cinq juillet l’assaut cardiologique
Entrainera trois mois d’attente coxalgique.
XII
Me revoilà au frais ayant un œil magique
Qui de mes coronaires contemple l’esthétique
Passant par une artère on glissa l’espion
Qui allait décider de mes dilatations
Et comme mes virages se trouvaient encombrés
De trois ressorts subtils ils furent re-calibrés.
Puis un traitement neuf à l’ancien s’ajouta
Afin que mes plaquettes de s’agglomèrent en tas
Censé être plus neuf mon néo myocarde
Ne va plus tolérer que ma hanche s’attarde,
Bien qu’il faille du temps pour que je récupère
Le mal qui persiste à la fin exaspère.

XIII
À moins que, d’ici là, quelques soucis nouveaux
Osent d’un spécialiste exiger des travaux,
Il serait sympathique, avant que je décède,
Que l’on traitât ma hanche avant qu’elle ne cède.
J’aurais été un cas d’une urgence notable
M’aurait-on imposé un si long préalable ?
Et la dernière marche en l’étrange escabeau,
Eut-elle été gravie, alors, un peu plus tôt ?
En conservant le but dans le viseur logique,
Aurait-on avancé l’examen coxalgique
Afin que disposant du contrôle idéal
L’anesthésiste dise : endormons l’animal.
XIV
Je me demande si l’accident majuscule
Eut permis l’action sans trop de préambule.
Et si la médecine apte à bien des miracles
Par un excès d’acteurs n’affadit les spectacles.
La médico-saga m’étonne voila tout
Si le malade a mal, quand en voit-il le bout ?
Un lettré vous dira «ces chose là sont rudes
Il faut pour les comprendre avoir fait des études » (6)
« La parfaite raison fuit toute extrémité
Et veut que l’on soit sage avec sobriété. » (7)
Mais le cardio-UBU qui me désorganise
Laisse voir un système où logique agonise.
XV
On me rétorquera que la santé sature
Que ses praticiens sont victimes d’usure
Et que certains fâcheux n’avaient pas vu venir
Le manque d’Asclépios qui allait survenir.
Car le temps de l’humain étant plus long à vivre
Il fallait bien aider le grand âge à survivre.
Gardons aux médecins leur esprit de logique
Leur art doit il subir la sotte politique ?
Et redoutons d’avoir, dans un monde futur
La faculté lumière aux ordres de l’obscur.
Faudra-t-il que se lève un Éole pamphlétaire
Pour qu’’Hygie s’harmonise au juste nécessaire ?



(1) Dobutamine : test d’effort par injection d’un accélérateur cardiaque quand l’exercice physique n’est pas possible.

(2) Coro-scanner ou scanner coronaire : examen permettant de visualiser les artères coronaires par injection intraveineuse d’un opacifiant iodé et contrôle photographique, tridimensionnel, de leur état.

(3) Calcium blooming : opacification des images par le calcium déposé sur les parois des coronaires rendant l’examen souvent non interprétable.

(4) Coronarographie : technique d'imagerie médicale pour visualiser les artères coronaires en cas de suspicion de maladie coronarienne. Examen médical invasif utilisant les rayons X et l'injection intra artérielle d'un produit de contraste iodé.

(5) Stent : dispositif, le plus souvent métallique, maillé et tubulaire, glissé dans une cavité naturelle humaine (artère coronaire par exemple) pour la maintenir ouverte.

(6) Victor Hugo « Les Pauvres gens »

(7) Molière « Le Misanthrope »















Ecrit par Rimatouvent
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 38 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [1]:
Violette.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [49]:
Licorne. Violette. Rickways. Jmd. Lo. Kim Aquilina. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Evemarie. Jeannine B. Royam. Lasource. Madykissine. Ann. Muse31. Fregat. Isa la Bella. Mr-aurel. Marcek. Sosso. Joa. Tom. AR_d_N. Kero. Jamespx. Salus. Gbandi. Mijo. Mistou. Ottomar. Pilar. Joachim. Djoze. Aurorefloreale. Arcane. Nihilisteo. Stephastella. Coeur de poete . Amon 1er. Typique. Mido. Andre. Manon_climb. Coeur battant . Ced le magnifique. VaianaVy. Baroudback.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Baroudback. VaianaVy. Avamankpe. Coeur battant . ThorHydae. Lemontagnard73. Moitbu. Estceguido. Ombre. Fougeredudesert. Ced le magnifique. Sebasura. Zoetoile . Crampshalterofilia. Tony. Manon_climb. Cracovien. Andre. Habenaria Radiata. Shakespeare Junior 971.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924