Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète ,
 Interprète
Violette



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Catégorie : AMOUR ET SENTIMENTSCliquez ici pour lire tous les poèmes de la catégorie:AMOUR ET SENTIMENTS

Alchimisme

*


Je n’ose plus écrire
Je pose chaque mot comme un pied sur la mine
Mine explosante et richissante
Je pèse mes pensées au trébuchet d’amour
Mais je ne pèse pas mes lettres
Le poids des mots est mort
Facteur vous avez le trésor
Oh le grisard des mers
Oh le grisou du cou
Car ce que j’aime en vous c’est ta délicatesse
Ta bouche dans mes mains
Ton bras sous ma fourrure
Le bisou aurevoir sur un parking désert
Oh mon ermite bleu sensible et frigoriste
Mon Ysatis-velours
La fleur du vendredi cueillie dedans la boite
C’est ta timidité et ta sagesse hibouesque
C’est notre lapin noir peluche sans oreille
C’est notre soliterre
C’est lorsque vous lisez mes lettres et mes maux
Déjà une semaine c’est la semaine éterne
C’est la semaine inferne
Je voudrais vivre à reculons
La malcastrée c’est moi ils ont coupé les fils
Mais je désire encor ils ont dit
Ça se résorbera tout seul
Et seul ça se trésorbe
Vous passez clandestin le sac des transactions
Le sac de la surprise avec petits cadeaux
Remise de bouquins calligraphie
Moi je prête léger et vous me rendez lourd
L’alchimisme recueil vous est dédié caché
Par intimante voie seul vous pouvez comprendre
Que le grisard c’est vous que l’araigne c’est moi
J’attends dites-le moi encore je vous aime
On se verra bientôt dites-le moi toujours
Bientôt c’est quand bientôt c’est où
J’attends

Vous savez les blessures internes elles sont cicatrurées
L’apparence est sauvée la peau est lisse
Je suis visible et saine
Quelque géographie subsiste à la surface
Mais le besoin tendresse
Est tactile douceur
Oh vous qui adorâtes Sophie au sein-couteau
Vous le succube infemme
On m’appelait Sophie du temps que j’étais belle

Le rêve de la nuit
Vous à votre fenêtre
Au soleil
Un livre dans la main
Moi en bas
Dans la froidure-rue
Les yeux baissés
Attendant un appel.

1990




Ecrit par Violette
Tous droits réservés ©



*

Il y a actuellement 16 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [49]:
Licorne. Violette. Rickways. Skywheeler. Polymnie2. Lo. Tonindulot. Lili. Kim Aquilina. Pierre. Machajol. Oxalys. Colline. Evemarie. Jeannine B. Royam. Lasource. Ann. Saintes. Fasya. Wall. Lefebvre. Anthime. Marcek. Joa. AR_d_N. Jamespx. Varech. Lucie. Hurlevent. Claudel. Mijo. Pilar. Jakecrit. Sylvain2023. Aurorefloreale. Leonard. Francois Ville. Arcane. Ventvert. Isabelle Chevalier. Coeur de poete . Typique. L etre anonyme. Momolemarin. taw. Andre. Robin. Zeev stern.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
IlluB. Robin. Zeev stern. Franklino. Luciole12. Fialotta. Notimart. Fish. NeoEru. Mathys DLF. Smartass. Tilt. Olicsm. Azziz5. AlanJoyce. Par ma voix. Darty75. Pakita07. Candy. 0lou.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924