Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Stapula



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : FABLESCliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:FABLES

L'agneau et le lion (Fable)


En guise de troisième réclamation, par lettre recommandée avec avis de réception,
à Monsieur le Président de la République, François HOLLANDE sans effet mon sonnet
(deuxième réclamation) du 13 octobre 2013 : « Contre les pédales douces ».



Invalide, un agneau, – dont le fermier bailleur,
Condor, dans l’H.L.M., lui louait bergerie,
Humide, non conforme, ouverte à bactérie,
Tub sans prise de terre : aux anges fossoyeur !
D’un bois appartenant à l’incivile ville
Des ronces, tant et plus, si friandes de chair !
L’édile, âne muet qui, las ! ne vaut pas cher,
Dédaignant le pauvret pour l’art du vaudeville –
En urgence, saisit le roi des animaux,
Nom d’enfer sa tanière : imposant Élysée,
Pour, de la basse-cour, n’être plus la risée
Et, surtout, obtenir une issue à ses maux.
Ne voyant rien venir comme, en sa tour, sœur Anne,
L’ovin, sans enveloppe, se fendit d’un sonnet
Au concerné lion, à l’encre d’encornet ?
Ce rappel clair et net, sans aucun filigrane.
Le Chef de Cabinet, vite réagissant,
Proclame relancer le félin subalterne
Qui vous met sur l’affaire, aussi vif que basterne,
De l’arrondissement, son fauve croupissant.
L’enfant de la brebis, que boudent les nouvelles,
Ne se voulant, grands dieux ! de la farce dindon,
À cause d’un mollusque, aux promesses bidon,
L’assimilant à ceux sans rien dans leurs cervelles,
Va ne plus accorder, face au danger de mort,
Après un long semestre, inconvenant, d’attente,
La moindre confiance à la déconcertante
Autorité portant en elle malemort
Et, partant, illico, dénoncer l’imposture,
Franchement, nul besoin du cauteleux renard
Lorsque l’on peut compter sur l’enchaîné Canard
Dont le bec vaut de l’or pour chanter la droiture.


Le 10 novembre 2013.






Ecrit par Stapula
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 8 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [43]:
Violette. Lo. Tonindulot. Kim Aquilina. Oxalys. Colline. Evemarie. Nostahrj. Ann. Muse31. Muserhode. Isa la Bella. Fasya. Banniange. Capella. Lolo. Salus. Claudel. Pilar. Catriane. Chante. Sylvain2023. Carassius Auratus. Aurorefloreale. Leonard. Tanit. Claude.M. Mona Farbiu. Martial. Typique. Caillou7510. Taw. Coroner. Mixka. Matriochka. Obofix. Caducee. Ori. Maie. Prune. Licornou. Charazed. Frigan.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Roses57. Colchonero. Rimbaud. Frigan. Ggaet. Terence. Semilette. Blackflag. Leana. Asteria machina . Mathbeause. Invinoveritas. Marciak. Ninepoesie. Lesmotsbleus. Mijkk. Thibault Besson. Bouzou. Charazed. Karrim95.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924