Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
           

Tous les poèmes sur le thème : FICTIFCliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:FICTIF

Village en fête

Highslide JS

Cette création comporte des emprunts
Danse macabre par Leonie Justin Alexandre PETIT
Illustration proposée par Banniange


Elle est venue la fanfare de tous les temps
Le long des platanes, dans la rue en liesse,
Ah ! La belle pagaille, un vrai enchantement
D’entendre la rumeur s’enfler en allégresse.
C’est d’abord un triton qui souffle dans sa conque
Tandis qu’une sirène en pince pour sa lyre,
Que poursuivent têtues les flutes des satyres
Imitant piètrement des arias qu’elles tronquent
Puis s’avance Aphrodite aux fesses affolantes
Héphaïstos fasciné s’affaire à son enclume,
Dionysos outré flagelle ses bacchantes
Qui ont troqué son vin contre un verjus d’agrumes,
Valsant sur ses éclairs, Zeus en peau de taureau,
Va ravir Europe qui lui garde rancune.
Mais laissons les passer ces Dieux en oripeaux
Qui se gaussent en vain en quête de tribunes !

Car voici les cuivres, trompettes et tocsins
Dont l’ardeur stridente fracasse les nuages
Les bassons si bougons , les hautbois saturniens
Attristent le soleil et ses blonds tatouages.
Les balcons s’ébranlent et la foule piétine
Des limaces vexées, de piteuses sardines
Avec ces trublions, ces gâcheurs de festins
Qui souillent nos trottoirs et mâchent notre pain !

S'immiscent les guitares et les castagnettes
Et tous cambrent d’allure, aux odeurs d’omelettes,
Esmeralda se plaint aux étoiles filantes,
Un couteau à la main, la flamme dévorante.
Des orgues ténébreux défient les orages
Leur toccata diabolique vole et s’enrage
Alors, des pénitents font grincer leur crécelle
Haletant pesamment comme des haridelles
Enfin les tambourins flanqués des majorettes
Enflamment les badauds avec leurs pirouettes.

C’est soudain la folie, une meute en furie,
Et, tous les habitants pourchassent le cortège
La foule hébétée, frappée d’un sortilège
Traverse les fondrières en léthargie,
Quitte le village pour ne plus revenir,
Seuls quelques serpentins frétillent dans l’ornière,
Un chien hurle à la mort avant de déguerpir
Car l’ombre s’avance le long des roselières.



Librement inspiré du "Joueur de flute de Hamelin".

Ecrit par Banniange
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 27 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [4]:
Rickways. Marcek. Catriane. Aurorefloreale.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [43]:
Violette. Rickways. Polymnie2. Tonindulot. Lili. Kim Aquilina. Rimatouvent. Pampelune. Machajol. Oxalys. Colline. Evemarie. Ray78. Nostahrj. Royam. Ann. Saintes. Wall. Gerachau. Stella. Marcek. Joa. Luluberlue. Salus. Lucie. Brulene. Fran72. Eolia. Claudel. De Lesquivir. Poetedza. Catriane. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Piwi87. Grain de sable. coeur de poete . Cyr63. Dilahk-Ihtebaromle. Martial. Maiko. anton.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
anton. JustForYou. Nanar. J.uli.ette. Micharrd. Kota. Emimar. Saad El bellaoui. Iffic. Starman. Sagapresse. Brinsa. Louis.B. Zen. Imdbaur Thurar. LeNouveauMillenaire. Vitoo. Jaime. Lea78. Sansteteniqueue .

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924