Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.

Poète précédent: Théodore DE BANVILLE Théodore DE BANVILLE

 

Charles-Nérée BEAUCHEMIN Poète suivant: Charles-Nérée BEAUCHEMIN






Jules BARBEY D'AUREVILLY



Prénom: Jules
Nom: BARBEY D'AUREVILLY

Né(e) en : 1807
Mort(e) en :1889

Biographie

« le Connétable des lettres » romancier et poète.

Jules André Barbey d'Aurevilly est né le 2 novembre 1808 à Saint-Sauveur-le Vicomte, département de la Manche. Il est l'aîné de trois enfants, Léon, Edouard et Ernest. Son père est issu de la petite noblesse normande. Sa mère est issue, quant à elle, de la bonne bourgeoisie de Caen.
Il passe son enfance dans le Cotentin, à Saint-Sauveur ainsi qu'à Valognes. Là, chez son oncle, son cousin Edelestand du Méril lui communique son admiration pour Walter Scott, lord Byron et Robert Burns.

Les impressions de l'enfance resteront fortes. Il écrira plus tard, « Premier milieu naturel dans lequel ont trempé les poètes, voilà l'éducation ineffaçable, la véritable origine de leur talent, ce qui damasquine et fourbi leur acier, ce qui en décide le fil et les reflets ». La poésie écrira t-il « n'existe qu'au fond de la réalité et la réalité par le patois », les langues sont « le clavier des artistes ».

Plus connu pour ses romans que pour son œuvre poétique, Barbey d'Aurevilly est toutefois tenue en grande estime par les poètes de son temps de Lamartine à Mallarmé en passant par Baudelaire et Théophile Gautier.

Il débute dans les lettres à dix-sept ans par une élégie dédiée à Casimir Delavigne : « Aux héros des Thermopyles » (1825).
En 1827 il entre en classe de rhétorique au Collège Stanislas à Paris. En 1829 il obtient son baccalauréat et rentre à St-Sauveur la tête pleine d'idées politiques et religieuses nouvelles, pour la plupart en opposition avec sa famille. Il souhaite faire une carrière militaire mais devant le refus de son père, il choisit le droit et s'inscrit à Caen.

C'est par les romans qu'il laissera son nom à la postérité.
Barbey d'Aurevilly est connu comme l'auteur des Diaboliques, 1874, d'une Vieille maîtresse, 1851, de l'Ensorcelée, 1855, d'un Prêtre marié, 1865, du Chevalier des Touches. 1864, d'une Histoire sans nom, 1882. Ses romans et nouvelles sont au croisement du romantisme, du fantastique et du symbolisme décadent. Son essai sur Georges Brummell en fait aussi l'un des théoriciens du dandysme.

La poésie, pourtant, ne cessera jamais de hanter le romancier même s'il se nie lui-même en tant que poète. La poésie représente pour lui « un idéal perdu » et, de ce fait « impossible ». Il en imprègne mélancoliquement sa prose.
Renonçant à cette Muse inclémente il se tourne tout entier vers la littérature. L'horizon poétique, épique mais aussi dramatique et lyrique lui demeure inaccessible et nécessairement dégradé. La poésie est un avant temporel qui ne reviendra plus, un passé révolu. Cette « mort » de la poésie est due, selon lui, à une désertion spirituelle. Le réel n'est plus hiérarchisé et les dieux ne sont plus.
Des îlots poétiques émergent cependant. En 1834 il écrit, en une nuit, La Bague d’Hannibal, poème en prose d'inspiration byronienne. En 1835, un autre poème en prose, Amaïdée, publié en 1889. En 1854 « Poussières ».En 1897, il publie encore des poésies « Les Rythmes oubliés ».

Il est romancier, nouvelliste, essayiste, poète, critique littéraire, journaliste, dandy et virulent et redouté polémiste. Ces amis l'appellent « Roi des ribauds » ou « Sardanapale d'Aurevilly » car il se jette dans les plaisirs et les fêtes. Un moment républicain et démocrate, il adhère, sous l'influence de Joseph de Maîstre, au monarchisme intransigeant, méprisant le progrès et les valeurs d'un siècle bourgeois.

Son œuvre est fortement marquée par la foi catholique et le pêché mais il défend les Fleurs du mal de Baudelaire tout en taillant en pièces le réalisme, le naturalisme et les Parnassiens. Il porte aux nues les Blasphèmes de Jean Richepin pourtant en contradiction avec sa foi chrétienne. Champfeury, Banville, Lecomte de Lisle figurent, quant à eux, parmi ses cibles, comme plus tard Emile Zola. En 1855 il écrit une critique virulente contre les Contemplations de Victor Hugo. Ce dernier le pastiche en le surnommant « Barbey d'or vieilli ». Verlaine lui reconnaît « un style de race ». Pour Lamartine il est le chef catholique de la littérature de son temps, «  duc de Guise des belles lettres françaises ».

Mathilde Bertrand (Pour un tombeau du poète,2012) suggère que « sa poésie apparaît comme son premier amour malheureux d'adolescent. Elle pourrait être sa « Vieille maîtresse » à laquelle on revient toujours, plus amoureux que jamais ».

Barbey d'Aurevilly meurt à Paris le 23 avril 1889.


Ottomar


Ses poèmes

 TITRE Date
 A Valognes A Valognes

Ex imo. C'était dans la ville adorée, Sarcophage pour moi des premiers souveni...
X [6] [3] 29/12/09
 Débouclez-les, vos longs cheveux Débouclez-les, vos longs cheveux

Débouclez-les, vos longs cheveux de soie, Passez vos mains sur leurs tou...
[0] [0] 22/09/15
 Je vivais sans cœur... Je vivais sans cœur...

A***. Je vivais sans cœur, tu vivais sans flamme, Incomplets,...
[1] [2] 29/05/16
 La haine du soleil La haine du soleil

A Mademoiselle Louise Read. Un soir, j'étais debout, auprès d'une fenêtre......
[0] [0] 29/12/09







Il y a actuellement 28 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [2]:
Marcek. Yanis abrous.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [48]:
Licorne. Violette. Rickways. Polymnie2. Lo. Tonindulot. Kim Aquilina. Pierre. Machajol. Oxalys. Evemarie. Jeannine B. Maninred. Nostahrj. Royam. Ann. Muse31. Isa la Bella. Wall. Banniange. Marcek. Joa. Salus. Lucie. Claudel. Mijo. Ottomar. Pilar. Sylvain2023. Djoze. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Nihilisteo. Yanis abrous. Isabelle Chevalier. Mona Farbiu. Milo. Typique. Mido. Laurent7869. Lastours. Andre. Ombre. Sebasura. Ced le magnifique. Fougeredudesert. Estceguido.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Moitbu. Estceguido. Ombre. Fougeredudesert. Ced le magnifique. Sebasura. Zoetoile . Crampshalterofilia. Tony. Manon_climb. Cracovien. Andre. Habenaria Radiata. Shakespeare Junior 971. Taw. Eclat de lune. Lastours. Togson. Fifty. Laurine.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924