Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Tonindulot



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : ENFANCECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:ENFANCE

Autant en emportent les ans...



Le temps viendra tantôt de sasser le passé
En pensant au pays d’où le sort m’a chassé.
Son soleil très ardent dorait bien le raisin.
L’oranger y poussait tout au fond du jardin,
Le perdreau et la caille y volaient librement
Sans la traque infernale et sans poids du tourment.

Je naquis en juin dans un petit village
Qui portait en son sein un si doux voisinage.
Mon grand père caviste occupait mes journées
A le suivre toujours sur ses chaudes tournées.
Le bouquet de ses vins lui donnait le sourire
Et mon regard naïf acceptait son empire.

Sans jamais défaillir je buvais tous ses gestes,
Accroché par plaisir aux grands pans de ses vestes.
Et quand, en conteur, il m’endormait le soir
Au doux son de sa voix je tordais mon mouchoir.
Je vécus fort heureux au sillon de son pas,
Riant toujours à deux au cours de nos repas.

Et puis le mauvais temps d’une guerre civile
Apporta tout le lot d’une tension si vile
Que seul un bon exil apaisa promptement :
Je portai la valise en fuyant le tourment.
Ce voyage forcé nous raffermit encor
Dans un nouveau rapport qui changea le décor.

Maintenant que le temps a usé ma culotte
Je repense aux instants où je suivais sa botte.
Aujourd’hui, sans rancune et sans être éprouvé
Je revis l’infortune en souvenir gravé.
Cette période ancienne est mon lot de jeunesse ;
Elle est là, elle est mienne, et je veux qu’elle renaisse.

A mon tour, l’imitant, je reproduis l’histoire
Et je conte à l’enfant comment faire sa gloire.
De se donner la peine d’égayer son foyer,
D’éviter la sirène encline à s’employer,
L’ironique et railleur qui fustige et qui mord,
D’avoir le ripailleur pour unique renfort.




Ecrit par Tonindulot
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 34 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [1]:
Marcek.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [63]:
La veuve noire. Licorne. Violette. Rickways. Skywheeler. Jmd. Lo. Franny. Tonindulot. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Colline. Evemarie. Maninred. Nostahrj. Lasource. Ann. Muserhode. Saintes. Isa la Bella. Jenesuisrien. Wall. Gerachau. Soleil factice. Marcek. Joa. Tom. AR_d_N. Salus. Lucie. Claudel. Mijo. Anemone. Papyrobert. Ottomar. Pilar. Mahea. Catriane. Sylvain2023. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Mickael. Par ma voix. Mona Farbiu. Milo. Coeur de poete . Typique. Caillou7510. Laurent7869. Andre. AlanJoyce. Noiressaim. Bleu Horizon. Joailes. mandarine. Maitia. F.Lo. Licrone. Lanter. Mathilde.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Aristote. Mathilde. Lili95. Mandarine. L_homme_regarde. Lanter. Licrone. Le fou. Hannah. Colfeau. Vincentcros. Lou-guit. FranckLPSME. F.Lo. Nazca. Le Corbeau Noir. Novembre a Paris . Pivoine. 5g. Mousquetaire.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924