Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : SDFCliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:SDF

Entre Deux Regards


C’est un épais silence occupant l’atmosphère
Et endeuille l’été sous la couche de terre.
Seul, un doux bruissement, le vent pousse les feuilles
Lance un gémissement, bouscule un écureuil.

Sur le calme olympien s’ajuste un long foulard
Ceinturant l’air brumeux rasant le ciel blafard,
Traînent toutes couleurs sans jeux de lumières ;
Les regards sont éteints à l’abri des oeillères,
Et s’abat la tristesse à tout enchantement.

Ce décembre pourtant s’habille, s’orne d’or
Surenchère en vitrine étrenne l’ornement
Et apaise Ô combien ! de vouloirs sous décor !
La tentation s’éventre alléchant le désir
Leur commerce affirmant soit disant l’avenir !
S’échantillonne-là le luxe et grands plaisirs,
Entre la foule ici, sort rassasiée d’envies.

___________

Alors que, dans un coin retiré de la porte
Un Etre en vie, éteint, marqué à vif du sceau
De la précarité. Son âge ? Peu importe
Puisqu’en réalité sa vie n’est qu’un faisceau
Affaibli par le froid, la faim, la soif, le tout
Couronné sans douter de n’avoir pas de lit.

Cet homme de « Mercis » oui, a tous les atouts
Pour attirer le vif, calmer les appétits
Dans ce luxe courant, lui, est assis parterre.
Tout juste vingt-cinq ans, mais dans ses yeux déjà
Le poids de combien d’ans ? Dans ce regard qui erre
Le clou de la galère vous, nous, fixe d’en bas
Refoulant sa prière :
« Sentir un bras de fer !
« Me sortir de l’enfer !

Où est passée la foule ? Ici un être seul !
Le vide autour de lui aggrave sa misère.
Faut-il un écriteau, « Ici souffre-douleur
« Souffre nos penchants, nos achats, sans chaleur
« En manie étriquée dans nos complets signés !
Seul, l’écho de nos pas qu’il garde en pas saignés !

Nos regards effacés devant la pauvreté
Témoignent-ils l’aveu de notre lâcheté ?
Car lorsque nous passons si loin, mais près de Lui
Avec un chariot plein, le mot : « Privé » reluit
Sur nous, pour afficher en clair notre indécence.

C’est dans la décadence
Que se perd la décence !

« Regardons-le Assis ! Nous sommes au « garde-à-vous »
« Lui, à nos genoux comme un supplicié tombé
« N’a qu’à lever les yeux pour rencontrer l’Amour,
« Le vrai, pas celui qui pleurniche la pitié.
« Nous paraissons si grands si loin de sa posture
« Que notre regard passe outre la démesure »
Du visage livide
Sur l’obole encor’vide.

Dix-sept heures vingt, déjà, mais la pénombre chante :
« Dans le profond obscur l’obscurité est tendre ».
Avec humilité, patiente, désespère,
N’occupant qu’un recoin et qu’un mètre de terre,
Se faisant tout petit pour surpasser l’horreur,
Il m’a remémoré le saint confiteor,
Délavé de couleurs, ici, ce soir, dehors
Et n’ai pu soutenir le cliché de douleur :
« Le gel de l’espérance
« Dans la désespérance » !

C’est à même le sol qu’une Âme est impuissante
Témoin de l’exigence agresser la survie !
Devant combien sont-elles sur le néant qui hante ?
Alors, subitement, ma conscience gravit
Aussi humble que lui, je tends tout croustillant
Un beau et grand gâteau, superbe, appétissant,
Couvert de pomme Api à la pâte odorante.
Encore toute chaude à l’essence fumante
Un tout, d’un rien changeant la fin d’un jour sans faim,
L’urgence du moment, sauvant aussi demain.

Je ne peux oublier ces deux mains en calice
« Merci, Merci beaucoup » du cœur qui ne s’effacent ?
J’ai vu le pur visage éclairer le délice
D’un sourire infini inondant tout l’espace
Et le faisceau briller dans ses yeux sans supplice.

Fin tableau sans partage oui, car l’obligé c’est moi,
Toute gênée, confuse en petit geste étroit,
Baissée à sa hauteur pour respirer sa vie
Fortifiant la mienne, celle qui me convie.

Nous sommes tous « mendiants » auprès de l’éternel
Lui n’a jamais parlé d’argent mais que d’Amour !
Combien se remémore Ô source originelle !
Où d’âge en âge, JE, n’existe que par VOUS » !


Polymnie2, ce 1er juin 2015





Ecrit par Polymnie2
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 24 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [48]:
Licorne. Violette. Rickways. Polymnie2. Tonindulot. Lili. Kim Aquilina. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Pieds-enVERS. Oxalys. Colline. Evemarie. Jeannine B. Royam. Lasource. Saintes. Fasya. Wall. Lefebvre. Marcek. Joa. Cepyge X. AR_d_N. Jamespx. Ottomar. Pilar. Christ. Catriane. Aurorefloreale. Arcane. Yanis abrous. Isabelle Chevalier. Coeur de poete . Saline. Martial. Dehorian. Amon 1er. Typique. Laurent7869. Lastours. Andre. Rogertibbart. Robin. NeoEru. Zeev stern. Zalina.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
vincent night darline. Zalina. IlluB. Robin. Zeev stern. Franklino. Luciole12. Fialotta. Notimart. Fish. NeoEru. Mathys DLF. Smartass. Tilt. Olicsm. Azziz5. AlanJoyce. Par ma voix. Darty75. Pakita07.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924