Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : HISTOIRECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:HISTOIRE

Pauvre Homme




NOUVELLE


C’était un vendredi soir, fin Octobre, je rentrais en voiture du bureau, heureuse du week-end, mais énervée par une pluie battante et un vent à décorner les bœufs. Vingt-cinq kilomètres, une heure de route. Le temps de chercher à me garer,
Je vois un homme mendier, appuyé sur le mur de la mairie.
Quoique pressée,………..


Est monotone mais bien venu
Ce soir d’automne dans son mystère.
Seul, dans la rue, déconvenu
Fantôme « éclair » cet homme qui erre.

Pour tout bagage une gibecière
Bien épaulée en bandoulière
Sur sa gabardine anthracite,
L’homme dégrisait sa vie « d’ermite ».

Voûté sur le geste maladroit
Du contre poids de son bras droit,
Il quémandait un peu d’égard,
Mettant sa voix dans son regard.

Passager étranger suppliait sans fin :
« Je n’ai rien à manger, s’il-vous-plaît, j’ai faim »

Je ne peux rester sourde à ce saignant appel :

« Attendez moi, je pars faire quelques courses, afin
De vous rapporter un simple « coupe-faim »

Je reviens, cherchant « mon vagabond » !
Désappointée, constate son faux bond.
Le pain, le jambon dans la main
Restaient muets sans lendemain.

Acte sans croix s’évanouit dans les airs ;
Il échoit en prière vers l’univers,
Car ma voix parlait haut-de-là du don
En grelots de regrets était le son.

Entr'acte en ma vie faisait rebond !
Qu’est devenu « mon pauvre », « mon vagabond »
Au regard du très fond de l’océan
Où se noie tristesse voilée de néant ?

J’ai su longtemps après que mon errant,
Cet homme courbé, mendicité pleurant,
N’avait plus si faim, n’avais plus très soif
Avait un bon toit, n’avait plus sa coiffe !*

C’était un prisonnier tout en cavale
Qui a retrouvé l’ombre, peut-être moins pâle
Après un regard sur lui en arrêt,
L’évadé de la prison de Muret.*


Polymnie2, ce 3 Juin 2015


Coiffe = n’avait plus son masque.
Muret = 12 km de Toulouse.





Ecrit par Polymnie2
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 29 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [5]:
Violette. Laouge. Aurorefloreale. Nihilisteo. Michael Blueheart.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [53]:
La veuve noire. Licorne. Violette. Polymnie2. Jmd. Lo. Tonindulot. Machajol. BY-LP. Oxalys. Colline. Evemarie. Royam. Lasource. Ann. Fasya. Wall. Joa. Verbo. Varech. Salus. Claudel. Mijo. Fleur. Ottomar. Pilar. Laouge. Carassius Auratus. Aurorefloreale. Leonard. Fxcrestou. Arcane. Nihilisteo. Yanis abrous. Claude.M. Dilahk-Ihtebaromle. Fdx. Maiko. Alain le roux. Lastours. Zalina. Adrien314159. Coroner. Mixka. Matriochka. Ombrefeuille. Obofix. Zelie. Ori. Melifica1. Faya. Aube. Michael Blueheart.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
klebold. Michael Blueheart. becklepoete. sapho. Melifica1. Aube. Melissa-May April. Ammonitech. Alexandros. Zelie. Caronefertary. Veke. Ori. Sirius. Adrien314159. Edo. Eclipsebleu. Lanuitenvitrine. Unesimplepersonne. FireDignity.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924