Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : HISTOIRECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:HISTOIRE

Pauvre Homme




NOUVELLE


C’était un vendredi soir, fin Octobre, je rentrais en voiture du bureau, heureuse du week-end, mais énervée par une pluie battante et un vent à décorner les bœufs. Vingt-cinq kilomètres, une heure de route. Le temps de chercher à me garer,
Je vois un homme mendier, appuyé sur le mur de la mairie.
Quoique pressée,………..


Est monotone mais bien venu
Ce soir d’automne dans son mystère.
Seul, dans la rue, déconvenu
Fantôme « éclair » cet homme qui erre.

Pour tout bagage une gibecière
Bien épaulée en bandoulière
Sur sa gabardine anthracite,
L’homme dégrisait sa vie « d’ermite ».

Voûté sur le geste maladroit
Du contre poids de son bras droit,
Il quémandait un peu d’égard,
Mettant sa voix dans son regard.

Passager étranger suppliait sans fin :
« Je n’ai rien à manger, s’il-vous-plaît, j’ai faim »

Je ne peux rester sourde à ce saignant appel :

« Attendez moi, je pars faire quelques courses, afin
De vous rapporter un simple « coupe-faim »

Je reviens, cherchant « mon vagabond » !
Désappointée, constate son faux bond.
Le pain, le jambon dans la main
Restaient muets sans lendemain.

Acte sans croix s’évanouit dans les airs ;
Il échoit en prière vers l’univers,
Car ma voix parlait haut-de-là du don
En grelots de regrets était le son.

Entr'acte en ma vie faisait rebond !
Qu’est devenu « mon pauvre », « mon vagabond »
Au regard du très fond de l’océan
Où se noie tristesse voilée de néant ?

J’ai su longtemps après que mon errant,
Cet homme courbé, mendicité pleurant,
N’avait plus si faim, n’avais plus très soif
Avait un bon toit, n’avait plus sa coiffe !*

C’était un prisonnier tout en cavale
Qui a retrouvé l’ombre, peut-être moins pâle
Après un regard sur lui en arrêt,
L’évadé de la prison de Muret.*


Polymnie2, ce 3 Juin 2015


Coiffe = n’avait plus son masque.
Muret = 12 km de Toulouse.





Ecrit par Polymnie2
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 44 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [3]:
Violette. Leonard. Ohazar.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [63]:
La veuve noire. Violette. Rickways. Polymnie2. Jjnad. Jmd. Lo. Tonindulot. Lili. Pierre. Machajol. Sandipoete. Colline. Evemarie. Jeannine B. Nostahrj. Lasource. Ann. Colibri. L_ Alb_Atroce___. Muserhode. Louis. Saintes. Isa la Bella. Fasya. Wall. Banniange. Stapula. Marcek. Joa. Tom. Varech. Thierrycabot. Salus. Lucie. Claudel. Mijo. Myroina. Anemone. Mistou. Ottomar. Pilar. Mahea. Christ. Jakecrit. Sylvain2023. Aurorefloreale. Leonard. Arletteparadis. Arcane. Nihilisteo. Grain de sable. Coeur de poete . Typique. Laurent7869. Lastours. Noiressaim. Zeev stern. Zalina. Bleu Horizon. F.Lo. Ohazar. SteveMtl.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Isidor. Saphir. SteveMtl. SiobhanRiordan. Marianaze. Eyny. Soliloquer. Ohazar. SoftMachine. Las. Bb68128. Auguste. Christiane87. Lilipoete95. Eyni. Elkseuroise14. Besson. Cocicofa. Clacele. Jeansu.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924