Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Lo



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : ESPOIRCliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:ESPOIR

Eléments


.
Aux diptères vert-chrome galvanisés en devenir, exo-utérins mais endo-digestifs, garants de notre auto-putréfaction, ashes to ashes, de la préhistoire non élucidée de nos mères, un temps véhicules de nos morts enlacées par les serpents les plus colorés et les plus langoureux, glace parmi les glaces, miroir des consciences seules, avant que le noir ne s’illumine par le biais d’un chas d’origine, bulle première qui recèle la chaleur du cri qui libère et qui prive
De l’eau

Les civelles s’agacent, s’exposent et s’offrent au mystère, comme « une étrange mer des Sargasses » aurait écrit Brautigan, en s’interrogeant face au résultat du plaisir procuré par l’immensité de la chevelure de son souvenir nippon, une autre danseuse d’Izu, rempart évanescent, nuage-couverture d’une montagne-rock qui te cache la vue du ciel, d’où affleure à peine la crête et te donne l’envie
De l’air

Ne tardent pas à venir la peur et l’opacité de sa voûte de questionnements asphyxiants, paralysants, distillation de fragrances au curare, doutes, dilemmes, tergiversations, immobilité, non-choix, projections et désirs avortés dont ton cerveau recrache les placentas gris des rêves mort-nés, ces idées de surnaturel par lesquelles tu croyais t’accoucher toi-même et dont la silhouette n’inclut même pas ce corps que tu livres à la langue
Du feu

Les poings serrés face au soleil, ta nuque soutient ta tête qui se courbe, ton menton touche ton thorax et l’animal au cœur d’homme, englué dans un temps qu’il ne comprend pas, emmailloté dans une ganse qui l’oppresse, broyé par le carcan du néant fléchit les jambes et plante ses genoux dans l’espoir
De la terre





Ecrit par Lo
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 12 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [54]:
Licorne. Violette. Rickways. Polymnie2. Jmd. Lo. Tonindulot. Kim Aquilina. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Colline. Raynald. Evemarie. Lasource. Claire-Obscur. Madykissine. Ann. Saintes. Isa la Bella. Skipette. Stapula. Marcek. Joa. AR_d_N. Bruno FortuneR. Dreamhunter. Salus. Luciole. Claudel. Mijo. De Lesquivir. Chicabala. Pilar. Catriane. Djoze. Christian111. Aurorefloreale. Leonard. Gouelan. Paule. Arcane. BVL. Piwi87. Guigui90000. Laurent L.. Isabelle Chevalier. Manhattan66. Drummy. HugoP. Dilahk-Ihtebaromle. JeuneMusicienDepressif. neboti. Perceval.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Perceval. neboti. JeuneMusicienDepressif. Valentin. Mayersam. Edgars. Asghar. Orgueil. Anne Onyme. Farandole. HugoP. Geronimo. Mary2607. FabienDrouet. Floflo03. Diarmund. Jean Cancelier. Saline. Yan. Joack.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924