Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Tonindulot



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : MOISSONCliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:MOISSON

Quand sonne la moisson


Un village en émoi, sous le soleil, se brûle
Tous les jours de ce mois où le monde circule.
Assises sur un banc, à l’ombre des platanes
Trois bégueules en blanc paraissent charlatanes.

Leur Sénat, au complet, sitôt mis en action
Fait vibrer son sifflet, suivant sa vocation.
Les seules rhétorique et conviction profonde
D’une foi hérétique assurent la faconde.

Dans l’actualité, tout peut faire un sujet
Et la fatalité active leur projet.
La moisson, qui est là, anime d’autres gens
Qui font leur tralala d’un allant diligent.

On oublie à l’été qui mûrit les couleurs
Que l’hiver a été, qu’il a gelé les cœurs,
Que ceux qui sont sortis œuvrer par tous les temps
De pas lents amortis ont détruit le chiendent.

Le bon labour d’hiver qui détruit les vermines
Sauvegarde les vers qui s’emploient et qui minent.
Ce travail essentiel garantit le succès
D’un pari matériel sans ruine du gousset.

Or nos bonnes vigies évoquent en passant
La peine et le souci du vieux semeur patient.
Il répand le bon grain d’un pas fort cadencé
Sous le poids souverain de son poing balancé.

Mais quand les épis blonds s’en vont en chaudes vagues
On chante tous en ronds et on se dit des blagues.
La nielle enfin vaincue et l’ivraie écartée
On se met en battue avec sainte piété.

Les gerbes sont tassées sur de simples carrioles
Où elles sont placées par de jeunes mariolles.
Les enfants chahutant font des bouquets champêtres
Qu’ils font tout en chantant mais qu’ils font pour leur maître.

Et puis courbant l’échine une âme un peu pliée
Au dos de la machine emplit son tablier.
Ce droit de ramassage est ainsi consenti
Pour l’unique passage au rapport garanti.

Aujourd’hui le semeur reçoit sa récompense :
Et la juste clameur qui marque la cadence
Lui dit qu’il faut semer en prenant de la peine
Si l’on veut voir germer la race de ses graines.




Ecrit par Tonindulot
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 25 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [3]:
Louis. Claudel. Aurorefloreale.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [36]:
Violette. Polymnie2. Lo. Lili. Pierre. Rimatouvent. Oxalys. Colline. Evemarie. Nostahrj. Lasource. Louis. Poesie101. Fasya. Banniange. Marcek. Joa. Dreamhunter. Fran72. Claudel. Mijo. Poetedza. Catriane. Sylvain2023. Syzygio. Aurorefloreale. Arcane. Roland. coeur de poete . Martial. Le-blogtrotteur. Emimar. Geairaret. Youyou. Barissa. Jon_contrecourant.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Barissa. frizool. monsieurpaul. LilieTheKid. Aurele973. clindoeil. Sagittaire. Un dormeur . LeCanadien. Litterateur17. Jon_contrecourant. Antonwhat. Abelard. Leptotenes. Clement docteur. Bobley. Chiquo34. Poetefou. Eva Dam. Josephine.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924