Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : THEATRECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:THEATRE

Le Tigre


SUITE DU CIRQUE
Mis en chanson par Oxalys
______________


I LE TIGRE


Oyez ! Oyez ! En liberté remuent
Sous grand chapiteau, la faune et les risques,
Le célèbre clown « Zavatta » l’artiste,
Jeux d’adresse de Max le lanceur de disques,
Grand plongeon l’acrobate fantastique.
Le cirque est là chantent les rues


Une foule impressionnante s’installe
Brouhaha, remue-ménage en attente ;
Et, tout à coup, l’excitation se fige ;
L’émotion contenue devient de cire !

Muscles démesurés, biceps d’acier,
Le dompteur, énorme cou de Taureau
Fait son entrée en salut bouclier,
Lance le défi de son numéro.

Tout en haleine, la peur dénature,
Se couche ; silence, pas une mouche !
Le public part à la grande aventure.
L’heure est grave. « Pas un geste ou je touche. »

Après un puissant feulement,
Le tigre, tout en griffes et tout en dents,
Force retenue et toute encagée,
Marche paisible attend le bon moment
Où liberté sacrée fait l’enragé.

Sur la peur enfermée qui le tenaille
Super dompteur orchestre ses entrailles
En paroles et gestes nets et précis ;
C’est le grand maître qui commande ici !

Dès la liberté surveillée du fauve
L’assurance aveugle le sauve.
Il le sait déjà, mais, rien n’est gagné
Il faut maîtriser en force saignée.

Monte sur une estrade
Montre les dents prêtes à mordre
Le Maître reste de glace
Le tigre fuit l’ordre
Se retourne subitement
Mais se pose sagement.


Hypnotisé par l’éclair de puissance
De son maître, le félin obéit
Au doigt et à l’œil ; avec élégance
Saute au travers du grand cercle bleuit
Tout flamme ! Grâce féline sublime,
En pas calculés minute l’ultime.

Se déplace langoureux, déambule
En surfin détachement dolent,
Qu’il est ombre du chat guettant sa proie.
Calmement prêt, les pattes s’articulent,
Le velours silencieux traîne, .s’étirant
Humblement, se couche.
Ainsi finit l’effroi.


Entre l’instinct et la culture
De l’animal, du personnage
Le jeu est sans mesure.
Entre le feu du dressage
Et la force amplitude
Supériorité où-es-tu ?

Polymnie2, ce 7 novembre 2015.




Ecrit par Polymnie2
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 20 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [49]:
Violette. Rickways. Skywheeler. Polymnie2. Tonindulot. Lili. Kim Aquilina. Pierre. Machajol. Pieds-enVERS. Oxalys. Colline. Evemarie. Jeannine B. Ray78. Recreation. Lasource. Louis. Saintes. Fasya. Wall. Lefebvre. Marcek. Joa. Cepyge X. Ma douce. AR_d_N. Cielbleu. Jamespx. Pilar. Catriane. Sylvain2023. Aurorefloreale. Arcane. Nihilisteo. Yanis abrous. Isabelle Chevalier. Coeur de poete . Martial. Dehorian. Typique. Laurent7869. Lastours. Andre. Rogertibbart. Robin. Luciole12. Zeev stern. Zalina.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
vincent night darline. Zalina. IlluB. Robin. Zeev stern. Franklino. Luciole12. Fialotta. Notimart. Fish. NeoEru. Mathys DLF. Smartass. Tilt. Olicsm. Azziz5. AlanJoyce. Par ma voix. Darty75. Pakita07.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924