Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)




 Illustrateur
Royam



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'illustrateur (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)


Poème précédent Poème suivant
           

Tous les poèmes sur le thème : EPOUVANTECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:EPOUVANTE

Religieuse prose

Highslide JS

huile de Mayor


Religieuse prose

Les exégèses exagèrent :

Dans ces Livres pleins de virgules,
que l’histoire a lentement essuyées,
Tout peut se voir et s’interprète,
et si l’on s’en tient au seul mot,
ce sont bien des pages glauques d’horreurs !

Et comme on peut pas faire pire
et que le délit plagiaire est proscrit :

« Ecrivons nous-même notre livre sacré ! »


°°°°°


Le sourire

… Et ceux-là aussi mangeront des enfants,
et l’être humain marchera longtemps, la main dans la main
de l’Ange de l’ignoble, la fille crachera sur le père,
et le fils sur la mère ; et l’on tuera des chats,
et quand tous les chats seront morts,
nous crèverons les yeux des gens,
ce sera le temps du sourire,
sur les dents.


°°°°°°


L’exode

Dans le grand noir collant, qu’un vague feu raie,
la tribu avance harassée, titubante ;
les idoles cassées, le cœur en déshérence,
ils sont comme des loups, hurlants, forcenés,
dangereux.

Et tous de fuir et de se perdre, de disparaître,
avalés par les trous, dans l’épouvantable nuit
du monde…

Là-bas, le soleil ne se lève pas.

°°°°°°


Les femmes

- Ces stupides créatures ne font presque pas la guerre.


°°°°°°


Les anges

O chérubins armés, et vous, les saints de garde
(car ton Dieu ne t’a point abandonné)
Par les tripes des éventrés
palpitants,
trempées dans les sables brûlants
des déserts implacables,

je vous salue et me prosterne
sous les épées de feu, sous les ailes gigantesques,
les auréoles tranchantes, les arabesques maléfiques,
les byzantins idéogrammes empoisonnés…

Inclinez-vous devant les anges !
Que pas un seul de vous ne songe
échapper aux oiseaux d’orage !


°°°°°°


Prophètes


Yassudesh, Hasra’th, Mib-Duhab, sous l’égide
malade de Dieu, le frère dément de « l’Ancienne »,
et tous ceux dont le vent souffle derrière les yeux,
distillèrent les pieux mensonges !
… Et l’amère vérité, pour le bien et la folie des hommes,
resta cachée dans les replis sinistres de leur déguisement.

Ainsi, les prophètes furent parmi les pires choses du monde
- Et le peuple buvait leurs borborygmes -
Et les dieux mauvais ricanèrent, et les dieux bons
- qui sont les mêmes - crachèrent à la face du peuple
tout le fiel de leur fausse naissance,
de leur piètre immanence, et de leur désir pourri.

- Mais Moi, je vous le dis ! le malheur et la maladie
s’abattront sur les âges qui viennent, et nous regretterons
la prédication naïve, la lumière des bûchers, les horreurs des sphinx,
nous regretterons les clous !
Et du ciel éventré tomberont, vomis par le néant,
des fleuves de sang répandus pour la gloire, et,
des os broyés des infidèles et des apostats,
des agnostiques et des hérésiarques,
la poussière s’échappera, occultant toute lumière...

A jamais !

… Dans la nuit infinie, la race maudite des hommes grouillera,
pataugeant ses propres humeurs ; et nous mangerons nos excréments,
et de nos sanies puantes s’élèveront encore des liturgies geignardes
et l’espoir puéril qu’un démiurge nous sauve…

En vérité.


°°°°°°



Paradis

Et Dieu a préparé pour eux des billevesées contre la peur,
de fausses fleurs dans des jardins artificiels pleins
de pauvres phantasmes ; des histoires bêtes à pleurer ;

et toute la tristesse d’un présent soumis.

… Or, cette vie, toujours future et meilleure,
Fortifiera la foi et l’espérance,
et, comme la carotte à l’âne accrochée,
le dessein d’un maître.

…Car il est préparé pour toi des délices et des roses ;
et toujours l’herbe sera verte, et les oiseaux
te mangeront dans la main…

La fin des temps !
C’est long !


°°°°°°

Dieu

Monothéiste, comme le chibre !



Ecrit par Salus
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 22 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [46]:
Licorne. Violette. Rickways. Polymnie2. Lo. Tonindulot. Pierre. Alex. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Jeannine B. Lasource. Madykissine. Muse31. Mr-aurel. Fasya. Jenesuisrien. Lefebvre. Marcek. Joa. Thierrycabot. Salus. Bebe. Lucie. Aguirre. Eolia. Claudel. Mistou. Ottomar. Pilar. Joachim. Poetedza. Aurorefloreale. Arcane. Nihilisteo. Yanis abrous. Amon 1er. Typique. Laurine . Andre. Manon_climb. Ced le magnifique. VaianaVy. Estceguido. FouSentimental.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
FouSentimental. Baroudback. VaianaVy. Avamankpe. Coeur battant . ThorHydae. Lemontagnard73. Moitbu. Estceguido. Ombre. Fougeredudesert. Ced le magnifique. Sebasura. Zoetoile . Crampshalterofilia. Tony. Manon_climb. Cracovien. Andre. Habenaria Radiata.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924