Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : IVRESSECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:IVRESSE

Quand l'Amour murmure


Si je pouvais te dire ou même te conter
L’existence sans livre ou la vie en échos
Aux sons du murmure aux plaisirs du toucher !

C’est dire la dentelle ouvrant l’aumônière,
Faîte d’aube et d’aurore ajourée en guipure
Riche de sacrements d’aucune manière
Auréole d’image avisant cause pure.

Voici en flots bercés ma douce chevelure
En ultime oreiller mille ondulations
Epousent tous les dons en l’esprit se mesure
La sagesse, en rêver, fines sensations !

En maints reflets d’argent les caresses de fée
De la coupe en mains tombe en douceur chaque fruit
Comme Lune divine en veillant sur ta taie
Nous cède son entier d’un tout en usufruit !

Et pour ce ciel de lit bordé sans fantaisie
Face cachée embaume un doux parfum sacré !
Voici le lit du ciel où tout est frénésie,
En lien d’attachement sur ses portes sans clef.


Si je pouvais te dire ou même te conter
L’existence sans livre ou la vie en échos
Aux sons du murmure aux plaisirs du toucher !

Que mes yeux soient tes yeux sur cœur de lèvre close
Se livre en leur profond pétale épanoui
Au sol à recueillir - non pas ceux de la rose
Elle se tient dans ta main - sur ma bouche revit
Une vive pensée aux éclats cristallins ;
Frêle corole en veille aux frissons d’une aurore
Au cœur fusionnel en bel écrin vœux lins
Où se glissent sans mots les murmures et encore
Sans trahir l’urne en vie de l’âme aimant si paix !


Si je pouvais te dire ! Et même te conter
L’existence sans livre ou la vie en échos
Aux sons du murmure aux plaisirs du toucher !

Je te dirais tout bas : « éclat ne peut mourir »
Il fût un soir certain comme il fût un matin
Où rien, rien ne s’éteint !
Et je te dis tout haut : fût-il écrit Destin ?

L’Amour, baiser d’oiseau aussi frêle que beau !
Dans un écrin secret respir’l’Eternité !


Polymnie, ce 21 février 2016



L’aumônière = Âme par extension dans ma pensée, elle prend l’image
de la petite bourse attachée à la ceinture et assortie à la robe de communiante.
Elle était destinée à mettre les images saintes à distribuer aux intimes
en souvenir de ce jour, et quelques pièces
offertes en retour.




Ecrit par Polymnie2
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 13 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [49]:
Violette. Rickways. Skywheeler. Polymnie2. Tonindulot. Lili. Kim Aquilina. Pierre. Machajol. Pieds-enVERS. Oxalys. Colline. Evemarie. Jeannine B. Ray78. Recreation. Lasource. Louis. Saintes. Fasya. Wall. Lefebvre. Marcek. Joa. Cepyge X. Ma douce. AR_d_N. Cielbleu. Jamespx. Pilar. Catriane. Sylvain2023. Aurorefloreale. Arcane. Nihilisteo. Yanis abrous. Isabelle Chevalier. Coeur de poete . Martial. Dehorian. Typique. Laurent7869. Lastours. Andre. Rogertibbart. Robin. Luciole12. Zeev stern. Zalina.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
vincent night darline. Zalina. IlluB. Robin. Zeev stern. Franklino. Luciole12. Fialotta. Notimart. Fish. NeoEru. Mathys DLF. Smartass. Tilt. Olicsm. Azziz5. AlanJoyce. Par ma voix. Darty75. Pakita07.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924