Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Tonindulot



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : FUTURCliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:FUTUR

La nuit, en cette fin de Mars...


Glose, (texte inspirateur à découvrir)
Quand la Muse tance le poète


Je ne sais plus comment te parler d’avenir ;
Poète, prends ton luth ; c'est moi, ton immortelle
Qui guette ce concert si pataud à venir.

Ne panse plus le mal, car c’est moi ton modèle
Qui t'ai vu cette nuit triste et silencieux,
A vouloir t’étouffer d'un chant qui ensorcelle.

C’est moi qui chasse en toi cet air fort soucieux
Et qui, comme un oiseau que sa couvée appelle,
Te porte la becquée en appui gracieux.

L’ennui surprend les gens, mais c’est moi qui, sans zèle,
Pour pleurer avec toi descends du haut des cieux
Et braque ton regard vers l'humble citadelle.

Le monde se délite et devient ennuyeux.
Viens, tu souffres, ami. Quelque ennui solitaire
Te pousse à concevoir des ports licencieux.

Je sens, en t’observant, qu’un penchant censitaire
Te ronge, quelque chose a gémi dans ton cœur
Qui me dit que le doute est mal parasitaire.

Depuis peu, dans ton coin, tel un fervent vainqueur
Quelque amour t'est venu, comme on en voit sur terre,
Et pourtant tu gémis, le croyant arnaqueur.

Demain tu me diras avoir vu sans mystère
Une ombre de plaisir, un semblant de bonheur
Que l’on trouve en priant, dans un pieux ministère.

Ressors encor ton luth ; c’est affaire d’honneur !
Viens, chantons devant Dieu ; chantons dans tes pensées,
Restons froids, sans mépris, devant le flagorneur !

Pourquoi te replonger dans ces lois dépassées
Dans tes plaisirs perdus, dans tes peines passées ?
Tes franches positions furent tant offensées !

Ton courage est connu, tes ardeurs insensées
Partons, dans un baiser, pour un monde inconnu
Où tout être en émoi voit ses vues encensées !

Ami voilà le temps qui me semble venu !
Éveillons au hasard les échos de ta vie,
Car j’entends dans ton cœur un joyeux contenu !

Maintenant, sous ces cieux, laisse aller ton envie
Parlons-nous de bonheur, de gloire et de folie
Car l’Éden est ouvert et soudain nous convie.

Délaisse pour toujours cette mélancolie...!!!!





Ecrit par Tonindulot
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 15 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [46]:
Licorne. Violette. Rickways. Lo. Lili. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Colline. Evemarie. Maninred. Ray78. Nostahrj. Royam. Lasource. Madykissine. Ann. Louis. Saintes. Lagouttedor. Jenesuisrien. Marcek. Joa. Salus. Gkak. Claudel. Mijo. De Lesquivir. Mistou. Pilar. Djoze. Aurorefloreale. Leonard. Serge. Pontbriand. John. Arcane. Bvl. Yanis abrous. coeur de poete . Perceval. Loma. Martial. Arcadien5. Wild Spirit. Cromachiant.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Cromachiant. Zhekai. Cripoliz. Wild Spirit. Shimikit. Maiko. John. Anonymous. Unrienlabime. Le-blogtrotteur. Martial. Addn. Bice. Poaime 57. Olympe. Zeonidax. Lemessager. Arcadien5. Abarg. Voyage.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924