Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
La veuve noire



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : BALADECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:BALADE

Petit parcours.


"Bonsoir, moi c'est Issa, vous buvez quoi ?"

rappel toi, tu étais assit à ce bar froid
quand elle est venue, vers toi.
La tenue sexy et son sourire timide,
les yeux brillant et les lèvres roses humides.
Tu lui a répondu de façon glaciale comme un imbécile,
toi qui ne voit pas sa peau pale,
et son corps qui se dessine.
harmonieux, dans la lumière sombre du bar.

"Un vodka-redbull, vous ne connaissez pas ?"

Avec ton air renfrogné et glacial
tu l'aurais fait fuir.
Si elle était seulement normale,
si tu ne l'avais pas fait rire.
Elle a commandée ce soir là,
la même chose que toi,
a toucher ta main la première,
elle a payer ton verre.

et à disparu,

tu ne l'a pas rattrapé,
tu n'as pas pensé,
que tu la reverrais,
Dans ce bar délabré.

"Bonsoir, La dernière fois vous
ne m'avez pas dit votre nom."

Toi comme toujours toi,
faut que tu fasse le froid,
tu lui a répondu violemment,
ton prénoms avec agacement.
Comme une claque sonore,

"Drenn, je suis Drenn."

Elle a sourit a nouveau,
Et pour la première fois, mon gros,
Tu l'as regardé dans les yeux,
des yeux profond et bleu,
elle t'a arraché un sourire
et t'as dérobé le cœur.

Elle a voulu te revoir chaque fois,
Puis a toujours pris soin de toi,
et te revoilà dans ce bar,
à pleurer sur le comptoir,
t'as jamais été un homme parfait,
et t'as souvent fait le con qu'on connait.

Mais tu pensais a quoi ?
quand elle était pas là,
et que tu avais cette fille sur les genoux,
tu pensais à quoi, Drenn, à la faire cocu.

Te voila sur mon comptoir à pleurer,
Une femme qui t'a toujours aimé,
et que tu as blessé.
une femme trompée.

Tu ne l'as pas vu depuis
que l'autre lui a tout dit,
mais tu pensais à quoi?
un cul ne valait pas tout ça.

Allez Drenn, rentre chez toi,
Le bar ferme, ressaisi toi.



Ecrit par La veuve noire
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 29 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [1]:
Sylvain2023.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [43]:
Violette. Lo. Pierre. Machajol. Oxalys. Colline. Evemarie. Nostahrj. Royam. Lasource. Ann. Louis. Wall. Banniange. Gerachau. Lefebvre. Marcek. Joa. Varech. Thierrycabot. Eolia. Candlemas. Claudel. PatrickDeschamps. Christ. Poetedza. Sylvain2023. CreepyBrain. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Piwi87. Laurent L.. Ventvert. Grain de sable. coeur de poete . Martial. Le-blogtrotteur. Emimar. Geairaret. Eva Dam. Sagittaire. Typique.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Timlafleur. Lann vihan. Manuel Lalumiere. Dringpiece. Isidore. Typique. Barissa. Monsieurpaul. LilieTheKid. Clindoeil. Sagittaire. Un dormeur . LeCanadien. Litterateur17. Jon_contrecourant. Antonwhat. Abelard. Leptotenes. Clement docteur. Bobley.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924