Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
           

Tous les poèmes sur le thème : ENFANCECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:ENFANCE

La prairie

Highslide JS

Cette création comporte des emprunts
Le printemps par Jean-françois MILLET
Illustration proposée par Banniange


Sa chevelure verte filait sous nos pas,
Elle offrait ses beaux halliers aux baies rubicondes,
Des mares vaporeuses coassaient plus bas,
Dans les roseaux bruissaient des ailes vagabondes.
Ses vergers rutilants ruisselaient de joyaux,
Qu'on croquait joyeux tels les frères de la côte.
Prairie ! Circé aux yeux frais de coquelicot,
A l'haleine d'aube, de rosée qu'on sirote,
La prairie et ses grands bouquets de pierreries
Comme les vitraux enflammés des cathédrales !
On chassait tes trésors en sonnant l'hallali,
On rampait sur tes flancs comme un brillant cristal,
En suivant les empreintes des grosses limaces.
Feu d'artifice ! Tes couleurs rêvaient l'espace,
Envoûtaient le temps assoupi dans les collines.
Quand le midi brûlait les allées sanguines,
Nous traquions nos ombres en tournoyant sans fin
Pareil à la sarabande des diablotins.
Parfois des papillons en leur robe de feu
Se mêlaient avec ravissement à nos jeux.
Tel l'âne d'Apulée ou les marins d'Ulysse,
La prairie modifiait nos formes avec malice,
Mohicans cruels aux mustangs ensorcelés,
Conquistadors enfiévrés par l'or pourrissant,
On s'effrayait de nos dramaturgies osées
Sous l'ombelle des nuages si nonchalants.
Quand la dame en noir déployait sa pèlerine,
Des somnambules aux yeux de lune, sur les branches,
Scrutaient la nuit dans l'attente d'une avalanche
D'étoiles vibrantes ou de planètes orphelines.
Au loin, alors des voix inquiètes nous hélaient,
Un doux frisson parcourait nos corps éreintés,
Nos gracieuses Hestia, servantes soulagées ,
Ouvraient leurs bras de nobles statues crucifiées.




Ecrit par Banniange
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 18 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [1]:
Machajol.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [79]:
La veuve noire. Violette. Rickways. Fanch. Skywheeler. Polymnie2. Tourmentin. Jjnad. Jmd. Tonindulot. Lili. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Colline. Evemarie. Jeannine B. Poetry. Nostahrj. Eponine52. Lasource. Ann. Colibri. L_ Alb_Atroce___. Muserhode. Louis. Aros. Saintes. Fasya. Jenesuisrien. Wall. Banniange. Stapula. Marcek. Joa. Lolo. Cielbleu. Jamespx. Varech. Salus. Lucie. Eolia. Mistermad. Claudel. Mijo. Anemone. Mistou. Pilar. Mahea. Christ. Jakecrit. Sylvain2023. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Nihilisteo. Yanis abrous. Isabelle Chevalier. Pseudo. Coeur de poete . Amon 1er. Typique. lilipoete95. Laurent7869. Momolemarin. Lastours. Ced le magnifique. Fish. Rogertibbart. Isidor. Noiressaim. Zeev stern. Zalina. Bleu Horizon. F.Lo. Ohazar. SteveMtl. Saphir.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Isidor. Saphir. SteveMtl. SiobhanRiordan. Marianaze. Eyny. Soliloquer. Ohazar. SoftMachine. Las. Bb68128. Auguste. Christiane87. Lilipoete95. Eyni. Elkseuroise14. Besson. Cocicofa. Clacele. Jeansu.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924