Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Rechab



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : BOUGIECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:BOUGIE

Un tourbillon qui m'habite



C'est juste un tourbillon qui m' habite.
Je traverse une forêt d'ans,
Et ne sais pas la voir,
Alors comme un rituel, pour s'y retrouver,
Il faut planter, à chaque tour de terre
autour du soleil, une bougie,
qui s'ajoute aux autres, - un cortège -
peut-être pour se repérer,
dans le bois sombre des temps,

et comme le petit Poucet, faire machine arrière .

Il faut chaque fois suffisamment de souffle,
pour éteindre les flammes dansantes.
Comme s'il dépendait de lui,
pour passer d'une année à l'autre .
- En fait on peut voyager dans le passé,
Remonter les chandelles éteintes.
Mais elles sont froides et inertes,
ainsi figées dans la mousse ;
> Elles n'indiquent plus aucune direction.
Le chemin a été avalé par la nuit.

Juste ,la lumière falote
d'une nouvelle bougie qui s'allume,
nous guide vers de nouveaux jours,
> mais pas vers le Jour,
celui dont la majuscule, voudrait dire,
que nous nous sommes extraits enfin du labyrinthe,
arpenté péniblement tout au long d'une vie.
Effectivement la seule flammèche tremblotante,
ne permet pas de voir plus loin,
que les quelques mètres devant nous.

C'est juste un tourbillon qui m'habite,
une spirale que je développe,
à la façon d'une coquille d'escargot,
tournant peu à peu sur elle-même,
en agrandissant ses propres limites.
Va dont savoir où s'arrêtera-t-elle ?
Chaque fois plus lourde et encombrante ...
Pourrait-il, ce tourbillon, malgré tout,
quitter le sol et la coquille
s'envoler dans les airs, légère ?

Flotter ainsi, comme une bulle
Avant que le vent ne l'emporte...
Plus besoin de coquille...
C'est ainsi que l'on "voit le jour..." :
Le vent peut souffler sans effort,
toutes les petites flammes des bougies .
- Elles ne sont plus utiles,
Cela ne sert à rien de les compter :
Dans leur extinction, il s'agirait,
paradoxalement, de voir le jour ...
une nouvelle naissance, en quelque sorte...


-
RC - nov 2015



« La vraie vie est absente. Nous ne sommes pas.
Il y a peut être des secrets pour changer la vie ? »
Arthur Rimbaud


Ecrit par Rechab
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 16 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [44]:
Licorne. Violette. Jjnad. Lo. Kim Aquilina. Pierre. Machajol. Oxalys. Colline. Evemarie. Nostahrj. Recreation. Lasource. Madykissine. Ann. Muserhode. Louis. Fasya. Banniange. Lefebvre. Marcek. Joa. Tomto. Dreamhunter. Varech. Fran72. Candlemas. Claudel. Mijo. Poetedza. Catriane. Sylvain2023. Aurorefloreale. Arcane. Roland. Glj. Maldoror. Nihan. coeur de poete . Martial. Youyou. Coco-Nuts. Eva Dam. Typique.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Typique. Barissa. frizool. monsieurpaul. LilieTheKid. Aurele973. clindoeil. Sagittaire. Un dormeur . LeCanadien. Litterateur17. Jon_contrecourant. Antonwhat. Abelard. Leptotenes. Clement docteur. Bobley. Chiquo34. Poetefou. Eva Dam.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924