Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
           

Tous les poèmes sur le thème : AFFECTIONCliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:AFFECTION

Psyché et éros

Highslide JS

Cette création comporte des emprunts
Cupidon et Psyché par Joshua REYNOLDS
Illustration proposée par Banniange


Je t’aime, éperdue dans cette vaste pénombre
Dans la chambre obscure tapissée de mes rêves
Et j’aime ton souffle qui dissipe ces ombres
Qui s’emparent de moi quand la lune se lève.

L’impérial Xanadu où je suis prisonnière
M’accorde tous les jours son exquise lumière,
Ses arbres ruissellent d’étincelles moelleuses
Qui versent leur parfum comme des embaumeuses.

Tout est luxe en ces lieux où j’erre solitaire,
Les fontaines de l’aube accompagnent mes pas,
Sur ses flocons soyeux, emportant mes prières,
La colombe s’en va mais ne reviendra pas.

Dans ces couloirs grinçants où se perd ma mémoire,
Des statues fumantes m’observent tous les soirs
Et des mains vivantes tiennent les candélabres
Projettant sur les murs des figures macabres.

Je ne peux ni te voir ni connaître ton nom,
Serais-tu donc un ange ou alors un démon ?
Parfois j’entends des voix et je tremble si fort
Seraient-elles les messagères de ma mort ?

Je ne peux trop longtemps soutenir mon regard
Dans ce miroir profond où ma tête s’égare,
J’y vois venir à moi une forme effroyable
Et je m’évanouis dans un cri formidable.

Et l’effroi et l’émoi, ils s'emmêlent en moi…
Une nuit où l’amour nous avait consumé,
J’ ai décidé alors de braver cette loi,
De contempler ce corps qui m’avait envoûté.

Quelque chose d’affreux remuait sous les draps,
Une clarté lunaire tel un serpent sinistre
Sinuait silencieux sur ce long lit de bistre,
Et j’ai tout dévoilé dans un grand désarroi.

Une image radieuse aux ailes frémissantes
S’est alors envolée dans l’éther affligé,
Un regard attristé comme un oiseau blessé
A baisé mes cheveux dans cette heure mourante.

J’ai perdu mon amour qui était prisonnier,
Que je voulais garder au fond de ma psyché,
Retenir à jamais ce que m’avait offert
Un amant fabuleux ou un ange pervers.




Ecrit par Banniange
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 14 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [1]:
Saintes.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [60]:
La veuve noire. Licorne. Violette. Rickways. Skywheeler. Jmd. Lo. Tonindulot. Machajol. Oxalys. Colline. Evemarie. Nostahrj. Royam. Lasource. Ann. Muse31. Saintes. Isa la Bella. Fasya. Wall. Stapula. Gerachau. Lefebvre. Marcek. Joa. Tomto. AR_d_N. Dreamhunter. Kirlian. Salus. Mijo. Piloukan. Anemone. Pilar. Lysio. Mahea. Sylvain2023. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Isabelle Chevalier. Par ma voix. Coeur de poete . Typique. Laurent7869. Taw. ThorHydae. Rogertibbart. AlanJoyce. Noiressaim. Zalina. Bleu Horizon. Joailes. Maitia. F.Lo. FranckLPSME. Vincentcros. Colfeau. Novembre a Paris .

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Hannah. Colfeau. Vincentcros. Lou-guit. FranckLPSME. F.Lo. Nazca. Le Corbeau Noir. Novembre a Paris . Pivoine. 5g. Mousquetaire. Maitia. Inti . Joailes. Shaozu. Decugis Martial. LaPeurDuVide. Ava. Cleyaa.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924