Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : INDEPENDANCECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:INDEPENDANCE

Le tranchant des pierres


Sur le chemin, il n’y avait plus devant moi
Que le sable abrasé d’une voix,
Et mon corps hardi de roche en roche
S’élançait, sourd à l’écho des vagues
De souvenirs distants qu’il laissait enfin derrière.

Je ne souffrais plus. J’étais seulement fourbu
De la trajectoire rectiligne de tous ces jours
Passés à psalmodier sans relâche un nom,
A chaque heure, un peu plus loin et plus profond.
Mais au-delà de l’oubli, où m’étais-je perdu ?

Ternes, dans la nuit inexorable qui descendait,
Se brisaient les miroirs fossilisés du passé.
Sensation étrange d’une délivrance,
D’une terrible puisqu’inconnue liberté.
J’étais insensible désormais à toute douleur.

Je le serais donc aussi à la dureté des pierres.
Même au tranchant de la falaise sous mon pas,
Si par malheur il venait à défaillir.
Une étoile argentait l’abîme.
Sans une ombre d’inquiétude, j’avançais.


Sur le chemin, il n’y avait plus devant moi
Que le sable abrasé d’une voix,
Et mon corps hardi de roche en roche
S’élançait, sourd à l’écho des vagues
De souvenirs distants qu’il laissait enfin derrière.

Je ne souffrais plus. J’étais seulement fourbu
De la trajectoire rectiligne de tous ces jours
Passés à psalmodier sans relâche un nom,
A chaque heure, un peu plus loin et plus profond.
Mais au-delà de l’oubli, où m’étais-je perdu ?

Ternes, dans la nuit inexorable qui descendait,
Se brisaient les miroirs fossilisés du passé.
Sensation étrange d’une délivrance,
D’une terrible puisqu’ inconnue liberté.
J’étais insensible désormais à toute douleur.

Je le serais donc aussi à la dureté des pierres.
Même au tranchant de la falaise sous mon pas,
Si par malheur il venait à défaillir.
Une étoile argentait l’abîme.
Sans une ombre d’inquiétude, j’avançais.


Ecrit par Fregat
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 19 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [47]:
La veuve noire. Violette. Rickways. Lo. Franny. Tonindulot. Kim Aquilina. Pierre. Pampelune. Machajol. Oxalys. Colline. Guy. Evemarie. Maninred. Nostahrj. Royam. Banniange. Gerachau. Stella. Lefebvre. Marcek. Joa. Luluberlue. Salus. Fran72. Gbandi. Claudel. Mijo. De Lesquivir. Mahea. Poetedza. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Piwi87. Guigui90000. Laurent L.. Grain de sable. Emile Andre. coeur de poete . Geronimo. Drummy. Le-blogtrotteur. Youyou. Anonyma. Bahria.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Amankas. Anonyma. Youyou. Geairaret. Anton. JustForYou. Nanar. J.uli.ette. Micharrd. Kota. Emimar. Saad El bellaoui. Iffic. Starman. Sagapresse. Brinsa. Louis.B. Zen. Imdbaur Thurar. LeNouveauMillenaire.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924