Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
           

Tous les poèmes sur le thème : CHIMERECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:CHIMERE

Des utopies

Highslide JS

Cette création comporte des emprunts
"Les enfers". par Desiderio MONSU
Illustration proposée par Banniange


Volez, planez, très haut, dans l’éther insondable,
Emportez nos rêves sur vos ailes nacrées,
Que tous ces nuages où s’enfuient les années
S’en reviennent un jour chargés d’antiques fables.

De ce roi de Thulé et de sa coupe d’or,
Où brillait l’image de son précieux trésor
Maintenant emportée par de noires rafales
Dans les eaux amères aux plaintes sépulcrales.

Sur le continent Mu vivent les Antipodes
Dont les pieds inversés vont rebrousser chemin,
Convertis, apostats, ils mystifient les codes
Tartuffe le matin et le soir bon Scapin.

La dame à la licorne attire les chasseurs
Sur sa tapisserie où va saigner son cœur,
Le Blemmye sans visage et le Monocle hautain,
D’un prieuré, pénitents, sont les seuls paroissiens.

Sur la croupe flamboyante des hippogriffes,
Trouvera-t-on enfin ces terres bienheureuses
Où coule le miel blond et danse la scabieuse
Où l’ardeur du soleil enflamme les hauts ifs ?

Eldorado, ce paradis du nouveau monde !
Ni tes fruits généreux ni tes mines d’argent
Ne feront oublier ces massacres immondes,
Ces ruées sauvages, ces rivières de sang.

Avalon, Avalon, ta montagne sacrée,
Noyée dans des brumes que suscite la fée,
Abritent des grands lacs d’émeraudes fumantes
Où brille Excalibur dans une main flottante.

La prestigieuse Asgard, ses palais de basalte,
Se sont tous effondrés dans un long hurlement,
Crépuscule des Dieux, que d'horribles tourments !
Quand le ciel s’assombrit, seule la mort s’exalte.

Au pays de Cocagne aux délices véniels,
Les panses sont gonflées comme Pantagruel,
Des cornes d’abondance offertes aux passants
Moisissent en-dessous d’un gibet menaçant.

Montségur fracassé, ce rocher du vertige,
Préserva en martyr le secret des Cathares,
Un St Graal mutilé, dépouillé de prestige,
Que quelques nazillons recherchèrent, hagards.

Des îles Salomon où coule le Pactole
S’embarquèrent jadis les colonnes du temple,
Qui à Jérusalem fut un féal symbole,
Avant d’être Salem aux brûlés pour l’exemple.

C’est sous l’Himalaya que s’étend l’Agartha*
Dans un cocon glacial dort le dernier archonte
Qui se réveillera quand sonnera le glas
Pour séparer les justes des fils de la honte…

Et combien d’utopies traversèrent les mers
Suscitant les désirs d’abolir les enfers,
D’ordonner les cités comme un grand horloger,
Une ruche immense où chaque homme est pétrifié.

S’il arrive au savant, enlacé à sa muse,
D’inventer des pays ou jamais rien ne s’use,
De voir comme une orange sa terre si bleue
Devenir fruit pourri, rejeté aux lépreux.

Qu’il se rappelle alors que toute perfection
Dans sa quête absolue engendre des démons,
Que si la pureté enchante les azurs,
Elle éclaire souvent les charniers de l’impur.

L'Agartha est une cité, un royaume, ou un monde souterrain mythique. Sa description est apparue dans la littérature française au XIXe siècle au sein d'ouvrages romancés témoignant de légendes et de mythes hindouistes et bouddhistes. Le thème réapparaît au début du XXe siècle avec le témoignage, contesté, d'un universitaire aventurier ayant parcouru la Mongolie. Cette légende se lie ensuite aux mythes des mondes disparus (Hyperborée, Atlantide, Lémurie), et à partir des années 1950 aux théories de la Terre creuse. Il a été adopté par des mouvements New Age. L'Agartha est en général présentée comme un monde idéal dépositaire de connaissances ou de pouvoirs surnaturels.

Ecrit par Banniange
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 26 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [1]:
Joa.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [61]:
La veuve noire. Licorne. Violette. Rickways. Skywheeler. Jmd. Lo. Franny. Tonindulot. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Colline. Evemarie. Maninred. Nostahrj. Lasource. Ann. Muserhode. Saintes. Isa la Bella. Jenesuisrien. Wall. Gerachau. Soleil factice. Marcek. Joa. AR_d_N. Salus. Lucie. Claudel. Mijo. Anemone. Papyrobert. Ottomar. Pilar. Mahea. Catriane. Sylvain2023. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Mickael. Par ma voix. Mona Farbiu. Milo. Coeur de poete . Typique. Caillou7510. Laurent7869. Andre. AlanJoyce. Noiressaim. Bleu Horizon. Joailes. Maitia. F.Lo. Licrone. Lanter. Mathilde.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Esther. Aristote. Mathilde. Lili95. Mandarine. L_homme_regarde. Lanter. Licrone. Le fou. Hannah. Colfeau. Vincentcros. Lou-guit. FranckLPSME. F.Lo. Nazca. Le Corbeau Noir. Novembre a Paris . Pivoine. 5g.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924