Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Licorne



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : ETRANGERCliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:ETRANGER

Moi, Etranger


Moi, étranger.

Et pour bien commencer,
moi, errant.
Déjà dans le ventre de ma mère,
quittant avec mon père
le village pour la grande ville
dans l’espoir d’une meilleure vie
Quelques années et trois enfants plus tard,
espoirs déçus, retour à la case départ.
Mal accueillis dans la famille de mon père,
bien mais pas de place du côté de ma mère,
nous voilà repartis
vers une autre ville, une autre vie.
Encore des années et des enfants plus tard,
père malade, c’est moi qui pars.
Moi, déserteur,
quittant mon pays par un subterfuge
pour échapper à la conscription
(ta famille peut crever, l’Armée s’en fout).
Moi, migrant.
J’ai débarqué un seize janvier sous la neige
sur le Quai numéro 2
de la Gare des Guillemins à Liège.
En situation doublement irrégulière.
J’avais trois mois pour trouver du boulot,
et obtenir un permis de travail
Normaliser ma situation militaire
par une dispense (provisoire !)
du Consulat d’Italie.
Moi, estampillé.
A l’Etat-Civil de la bonne Ville de Liège,
il y avait deux guichets :
BELGES – ETRANGERS
C’est officiel : j’ai ma carte d’identité !
Moi, ouvrier,
enfin à ma place à l’usine,
parmi quarante autres étrangers
venant de huit pays différents.

NOTES
Moi, déserteur : j'étais sous le coup de la conscription dans la vaillante Marine militaire. 24 mois, en ce temps!
Mais on pouvait obtenir une dispense (provisoire! à renouveler) si on bossait à l'étranger. Demander, SVP la permission au Consulat si on veut revoir la famille, sous peine de se faire alpaguer par la Police Militaire.

Pour travailler en Belgique, il fallait un permis de travail mais pour obtenir un permis de travail il fallait une attestation du patron chez qui on travaillait. Logique.

A l’Etat-Civil, si on ne savait pas lire, il suffisait de suivre à l'oreille les aboiements de la préposée aux ETRANGERS. Genre "Toi demander papier patron, après toi revenir ici! Toi comprendre?"

Huit pays : Sicile, Espagne, Portugal, Algérie, Tunisie, Turquie, Bulgarie, Pologne. Bon, il y avait quand-même quelques Belges.



Ecrit par Licorne
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 19 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [1]:
Stapula.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [62]:
La veuve noire. Licorne. Violette. Rickways. Skywheeler. Lo. Tonindulot. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Royam. Ann. Fregat. Louis. Saintes. Isa la Bella. Jenesuisrien. Wall. Stapula. Gerachau. Marcek. Joa. AR_d_N. Jamespx. Rechab. Salus. Lucie. Eolia. Claudel. Piloukan. Anemone. Pilar. Lysio. Mahea. Catriane. Sylvain2023. Djoze. Theo. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Rousselot. Par ma voix. Coeur de poete . Amon 1er. Typique. Ouakaman. Laurent7869. Lastours. Taw. Andre. Rogertibbart. Franklino. Noiressaim. Zalina. Bleu Horizon. Joailes. DNN. Maitia. Licrone. Lou-guit. Vincentcros.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Licrone. Le fou. Hannah. Colfeau. Vincentcros. Lou-guit. FranckLPSME. F.Lo. Nazca. Le Corbeau Noir. Novembre a Paris . Pivoine. 5g. Mousquetaire. Maitia. Inti . Joailes. Shaozu. Decugis Martial. LaPeurDuVide.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924