Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Coeur de poete



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent
             

Tous les poèmes sur le thème : LUICliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:LUI

Attachant


Tu es passé un soir
Je ne t'ai pas vu
Je me suis retrouvé les mains attachantes
Tes attaches avec moi
Tu vis en l'air dans tes pensées
Tu es un attaché de presse : un lien de papier , aussi
Tu t'attaches , tu te détaches
Mais c'est moi qui me console de t'avoir quand même
Tu captives
C'est moi la prisonnière de la passion
J'aimerais que tu t'attardes
Mais tu n'aimes pas quand c'est attardé
De peur que cela se périme , appartient au temps passé
Comme si c'était une grande règle de l'art de ne pas s'attarder
Des fois j'ai peur que tu sois un vampire tu es peur du jour
Je suis attenante pour toi quelque part
Je ne sais jamais où
Même pas un parfum qui pourrait me conduire à toi
Comme un souper romantique j'allumes les bougies
Je me mets à rêver à cause du temps qui tourne sans rien
Quand je ne m'y attends pas
Quand l'espoir s'est envolé pour un aujourd'hui
Quand cela devient ennuyeux , tu es séduisant
Tu es l'imprévu tout en sachant que tu reviendras
Comme ton pays d'origine ,tu reviens sur les lieux
Une terre sacrée
Quand de jour tu rencontres d'autres femmes
Portent des masques au cas où elles me ressembleraient
Un cordon qui relierait une île
Pas une vraie île car tes écrits seraient mouillés
L'encre se dissoudre
Papier mouillé plus lourd tu ne pourrais plus repartir
Il faudrait que je te mette dans une bouteille
Laisser les vagues messager
Mais tu passes sans que je te vois
Comme un frisson de vent
Mais un grand frisson de désir pour moi
A relire encore et encore
Au nombre des frémissements je pourrai deviner ton âge
Comme lire l'âge des arbres
Effleurée comme pour me laisser encore fleur
Tu te glisses ,je m'abandonne
Ton pas glissé sur la nuit
Les derniers voiles avant l'aube
Puis les nuages toujours changeant




Ecrit par Coeur de poete
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 22 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [54]:
La veuve noire. Licorne. Violette. Rickways. Fanch. Skywheeler. Lo. Tonindulot. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Colline. Evemarie. Nostahrj. Lasource. Ann. Muserhode. Saintes. Fasya. Wall. Stapula. Gerachau. Lefebvre. Marcek. Joa. Cepyge X. Lolo. Salus. Claudel. Mijo. Anemone. Pilar. Mahea. Sylvain2023. Aurorefloreale. Francois Ville. Maldoror. Mickael. Par ma voix. Coeur de poete . Drummy. Lemessager. Amon 1er. Typique. Laurent7869. Franklino. Noiressaim. Maitia. F.Lo. Licrone. Vincentcros. Lanter. cocicofa.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
cocicofa. Clacele. Jeansu. Mathilde. Lili95. Mandarine. L_homme_regarde. Lanter. Licrone. Le fou. Hannah. Colfeau. Vincentcros. Lou-guit. FranckLPSME. F.Lo. Nazca. Le Corbeau Noir. Novembre a Paris . Pivoine.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924