Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Marcek



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : GUERRECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:GUERRE

Crimes nazis



Vingt-et-un mai , un jour en France,
Ouvert sur d'horribles souffrances
Il n' y a plus de Paradis,
La mort du père, jour maudit
D'une guerre au rictus sanglant
Qui cisaille en mille tourments
La fleur sacrée de l'innocence
Souillée sur le seuil de l'enfance.

C'est un vingt-et-un mai superbe
Et des cabrioles dans l'herbe,
Un dîner chez les grands-parents,
Et mes cinq ans, bien insouciants !
Puis on part, malgré les conseils...
Tout le village est en éveil,

Vingt-et-un mai, devant l'église,
Des voix gutturales et grises
On nous rassemble sur la place
L'effroi nous pénètre et nous glace :
Sous la menace des fusils,
Le destin aveugle surgit.

Frayssinet-le-Gélat, martyr
Du nazisme subit le pire :
Au bout d'interminables heures
Où l'on hurle, l'on crie et pleure
Tombent les corps des fusillés
Sur le parvis des sacrifiés.

L'espoir a replié ses ailes,
Vers l'azur, nulle passerelle.
Les corps jetés au tombereau,
Nos coeurs dépecés au couteau !

Dans la nuit, le fracas des bombes
L'épouvante de l'hécatombe...
Mon petit coeur, noir de sanglots
Se brise aux rumeurs du tombeau !





Hommage aux martyrs du 21 mai 1944 tombés sous les balles des nazis de la division Das Reich à Frayssinet-le Gélat (Lot)

Mourgues Gaston 51 ans
Mourgues Guy 19 ans (fils de Gaston)
Verlhac Georges 23 ans (Instituteur)
Coudre Edmond 23 ans
Lemaître Henri 21 ans
Musqui Elisée 29 ans (mon père)
Delmas Edouard 40 ans
Marmier Gaston 20 ans
Soulié Gabriel 40 ans
Mandès Da Cougna 30 ans

Trois femmes accusées d'avoir tiré sur les Allemands furent pendues devant nos yeux, une autre abattue à coups de revolver.
Les corps transportés au cimetière et jetés dans une fosse commune y resteront du dimanche soir au vendredi suivant jusqu'à ce que l'on ait obtenu de la Kommandantur l'autorisation de remettre les victimes au familles pour les inhumer.
Ce fut cette division Das Reich qui perpétra quelques semaines plus tard le crime d'Auradour-sur-Glane.

N'oublions jamais !


Ecrit par Marcek
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 18 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [60]:
Licorne. Violette. Rickways. Skywheeler. Lo. Tonindulot. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Royam. Ann. Fregat. Louis. Saintes. Isa la Bella. Jenesuisrien. Wall. Stapula. Gerachau. Marcek. Joa. AR_d_N. Jamespx. Rechab. Salus. Lucie. Eolia. Claudel. Piloukan. Anemone. Pilar. Mahea. Catriane. Sylvain2023. Djoze. Theo. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Rousselot. Lyruhara. Par ma voix. Coeur de poete . Amon 1er. Typique. Ouakaman. Laurent7869. Lastours. Andre. Rogertibbart. Franklino. Noiressaim. Zalina. Bleu Horizon. Joailes. DNN. Maitia. Licrone. Lou-guit. Vincentcros.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Licrone. Le fou. Hannah. Colfeau. Vincentcros. Lou-guit. FranckLPSME. F.Lo. Nazca. Le Corbeau Noir. Novembre a Paris . Pivoine. 5g. Mousquetaire. Maitia. Inti . Joailes. Shaozu. Decugis Martial. LaPeurDuVide.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924