Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Jenesuisrien



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : PASSIONCliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:PASSION

Chienne de vie


Tout seul face à moi même,
les yeux dans les écrans,
une nuit de bohème,
je rêve comme un enfant.

Tout nu je tourne en rond,
j’ausculte mes pensées,
je les tords, pour de bon,
en penseur dépensé.

J’attends que la vie vienne,
qu’elle me prenne et m’entraîne,
j’attends qu’elle me surprenne,
oui, je l’attends, cette chienne !

Salope qui suce l’esprit,
catin qui crie la nuit,
chienne qui mord pour jouir,
et sa folie m’attire.

Car elle est mal baisée,
mal aimée, et pourtant,
elle voudrait tant rester
baiser son bel amant.

Bel amant que je suis,
et elle me donne envie,
de faire comme le phœnix :
de renaître de mes cendres…

…bestialement de la prendre.
Mais figé je la fixe,
au lieu de maltraiter
ses sens prostitués.

Puis je me perds dans les ennuis,
et ma sale chienne : je l’oublie…
J’oublie de la déshabiller,
et j’oublie de la pénétrer.

Le désir en moi file,
alors que le temps presse,
j’oublie, je me défile,
et j’en rie, de tristesse…

Je te vois t’en aller,
Loin et douce comme ton ombre,
je suis plein de regrets,
pénétrant la pénombre.

Implorant ton pardon,
j’hurle au vide ton prénom,
j’espère que, telle une sotte
tu tourneras pour Loth.

Je suis un égoïste,
je suis plus bas que terre,
je suis « triste », pas « artiste ».
Mais tu crois aux mystères.

Et j’inspire dans ta tête,
des folies en pirouettes
des aventures en mer,
des pulsions en tempête.

Je veux me repentir,
dans les rêves poétiques,
dans les nuits de plaisir,
de passion frénétique.

Et tandis que je suce,
le venin de ton âme,
dans ce cunnilingus,
doucement tu te pâmes.

Je t’avais prévenu
que devant ton corps nu
ma mort serait lubrique,
de poisons d’arse-nique.

La poésie n’est qu’illusion,
une beauté qui fait croire,
que mon âme en fusion,
est pure et belle à voir.

Et pourtant je ne suis,
qu’une pucelle qui écrit,
une ombre dans la pénombre,
un chiffre parmi les nombres.


Ma sincérité est-elle trop crue, trop vulgaire? est-ce choquant?

Ecrit par Jenesuisrien
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 22 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [43]:
Rickways. Polymnie2. Jmd. Lo. Colline. Evemarie. Recreation. Royam. Ann. Fregat. Stapula. Cepyge X. Salus. Eolia. Mijo. Pilar. Carassius Auratus. Aurorefloreale. Leonard. Paule. Arcane. Roland. Yanis abrous. Coeur de poete . Maiko. Typique. Lastours. Zeev stern. F.Lo. Guillaume Rindelaire. Matriochka. Ombrefeuille. Caducee. Ori. Maie. Prune. Licornou. Charazed. Arya. Endy28. Vegna. chemandog. Joyeuxinconnu.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Joyeuxinconnu. Agape . chemandog. Zoelauren . Stan88. Andalou13. Les yeux fermes. Endy28. Vegna. Niap. QueenRegina7. Dizzy. Md04. Angelina. Drm. Bore. Arya. Thekidof243. Ohnonpasmoi. Jakadi.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924