Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Jenesuisrien



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : DOULEURCliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:DOULEUR

Déchire mon coeur mais pas mes lettres


Un long échange,
Puis ma dernière lettre,
D’amour.
Et ta dernière lettre,
D’adieu.

Et enfin,
Celle que je n’enverrais jamais.
Et qui contient mes vérités

Celle que je garde pour moi,
Et que tu pourras lire,
(Si tu reviens vers moi)
En échange d’un sourire.

Dans cette « lettre contre un sourire », j’utilise des citations de nos échanges du passé.

Lettre contre un sourire.

-« Nos souvenirs s’envolent comme s’envolent les rêves,
Seul ce qui aura existé survivra » me dis-tu.

Je veux pleurer.

Mais je ne pleure pas,
Car tu reviens déjà :

- « Mes douleurs t’amusent…
Donc je suis ta muse !?
Avec toi tout est gris…
Disparaît de ma vie !»

C’est ainsi que s’envolent les rêves,
Chère Latifa de mes vingt ans.

C’est ainsi que s’envolent les rêves,
Poudres rosées qui volent au vent.

Vent de douceur,
Sucré par ta peau métissée…

- « Encore désolé,
Et enfin, au revoir.»

SMS envoyé.

Il cesse de pleuvoir.

Et je pleure.

Plus de stratagèmes…
« Je t’en supplie ma vie,
Fais entracte à l’oubli…
Pour un dernier poème. »

Latifa,

Celui qui est malsain même dans ses bonnes idées
Disperse ses pensées par des mots calculés
Et dans ses jeux lettrés, dans ses doubles discours,
Il tord l’âme de ces femmes qui lui vouent leur l’amour.

Je ne suis qu’un homme, innocent meurtrier,
J’offre des pluies d’amour à qui vient les chercher,
Je jure sincérité dans mes mots doux du soir,
Mais j’avoue l’inconstance des pensées du hasard.

Victime transpercée par mes propres poèmes,
J’ai finit par aimer ton regard de bohème,
J’ai fondu dans le feu de ta sensualité,
Et je maudis les Dieux pour t’avoir tant blessée.

Je pleure la mémoire de ton cœur dans mes bras
Des soirées colorées par mes pensées pour toi,
Je pleure mon statut : « fou indésirable »,
Toi qui voulais soigner tous mes maux incurables.


Chère Latifa de mes vingt ans,

Ma lettre saura t’émouvoir,

Comme la prière d’un enfant.

Soudain il cesse de pleuvoir...

Et toi, as-tu souvent pleuré ?



La narration avant le poème en découragera plus d'un... merci à ceux qui ont tenu jusqu'à la fin

Ecrit par Jenesuisrien
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 17 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [2]:
Milo. Prune.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [44]:
Rickways. Polymnie2. Jmd. Lo. Colline. Evemarie. Recreation. Royam. Ann. Fregat. Stapula. Cepyge X. Salus. Eolia. Mijo. Pilar. Carassius Auratus. Aurorefloreale. Leonard. Paule. Arcane. Roland. Yanis abrous. Milo. Coeur de poete . Maiko. Typique. Lastours. Zeev stern. F.Lo. Guillaume Rindelaire. Matriochka. Ombrefeuille. Caducee. Ori. Maie. Prune. Licornou. Charazed. Arya. Endy28. Vegna. chemandog. Joyeuxinconnu.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Joyeuxinconnu. Agape . chemandog. Zoelauren . Stan88. Andalou13. Les yeux fermes. Endy28. Vegna. Niap. QueenRegina7. Dizzy. Md04. Angelina. Drm. Bore. Arya. Thekidof243. Ohnonpasmoi. Jakadi.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924