Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète ,
 Interprète
Ann



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : HEROSCliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:HEROS

Alex



Le spectacle n’était pas dans les arènes du Plumaçon. En contrebas de la gare de Mont-de-Marsan, les commères combattaient à coups cabas pour remporter quelques colifichets sans trop d’égratignures. Ce n’était pas un endroit pour les hommes qui se réfugiaient bravement dans un bar en attendant le retour de leur compagne. Amandine retournait les paniers de friperies pour puiser les parures dont personne n’aurait envisagé un instant d’acquérir pour le Carnaval. Ce mardi-là, elle jeta son dévolu sur un panama rehaussé d’un ruban rose poudré. Elle piquerait quelques fruits en mie de pain et du feuillage en tissu. Une robe à fleurs du plus mauvais effet laissant entrevoir la dentelle jaunie d’un jupon en nylon compléta ses achats.
Amandine impatiente et déterminée allait s’envoler vers le Nouveau Monde. Pleine d’espérances, une paysanne dont les seuls bagages étaient en carton partait à l’aventure. Elle n’avait rien à perdre, donc tout a gagné. Les voyages forment la jeunesse et elle n’avait que quarante ans…
……………………………………………………………………………………………………………..
Elle tira ses malles jusqu’à la capitale. Une expédition, ce changement de train à la gare Saint-Jean. Entre la voie extérieure et le quai 5, la franche bousculade anonyme et la moquerie remplaçaient la galanterie ou tout simplement le service qu’on aurait pu offrir à la voyageuse. Elle se débrouilla seule. Dans le hall de l’aéroport, elle avait un peu gagné en assurance.
L’avion décolla de Roissy Charles-De-Gaulle, il faisait un temps de chien et le cœur de la paysanne battait plus fort encore que la fois, l’unique fois qu’on l’invita pour trois pas de danse au bal du Quatorze Juillet. Les méchantes langues racontent qu’on voit encore son empreinte en négatif sur le mur de la salle des fêtes tant elle attendait au clair de lune qu’un gars osât un soir l’aborder. Ce fut le capitaine des pompiers qui se lança à l’assaut de la prétendante. Cette grosse brute dévouée pleurait comme une fille quand on lui parlait d’amour, il avait une âme de Saint-Bernard. Quand il vit la pauvrette faire tapisserie, son sang ne fit qu’un tour et son courage aussi, il invita Amandine. Elle se souvient de cette délicieuse sensation de tourner au rythme d’une valse musette que l’infatigable banda jouait tant qu’il y avait de quoi se désaltérer.
Dans la carlingue, on s’inquiétait. Un briscard qui avait remporté tous les combats, parcouru toutes les mers, honorait toutes les putains tenta de rassurer les autres passagers. L’appareil penchait sur le côté, le côté droit, celui d’Amandine. Le nez collé au hublot, elle ne partageait pas l’inquiétude générale. Au contraire les mouvements de l’aéronef la berçaient délicieusement. Les nuages la transportaient loin des champs de maïs et des canards gras des Landes. Elle était sereine.
La peur engendra la panique, mais on comprit l’origine de l’incident. Les occupants se ruèrent sur Amandine terrorisée. Les voyageurs la traînèrent vers l’allée centrale. Avec des ceintures, des foulards et des cordelettes, ils lui entravèrent chevilles et poignets. C’est ainsi que la suppliciée se posa sur le sol américain, écartelée entre quatre fauteuils. L’avion se posa sans encombre et les voyageurs se dispersèrent soulagés que la mésaventure ne se fût pas soldée par un drame. Les employés chargés du ménage à l’escale de Chicago la délivrèrent quelques heures plus tard. Ratant le vol pour Vancouver, elle mit trois jours en train pour atteindre sa destination Whitehorse, la capitale du Yukon dans le Nord canadien. Exténuée, elle entra au Best Western Gold Rush Inn Hôtel, une vaste pièce avec de longues tables cirées et des bancs au bois épais à peine dégrossi. C’est le rendez-vous des camionneurs et de la bourgeoisie locale venue s’encanailler autour d’une Red Ambert Ale , la bière locale. La Française tout juste débarquée demanda dans une bouillie de franglais : « have you a bed to sleep for me ».
– Non, on ne borde pas les clients, ici on les laisse cuver sous la table ! répondit le barman les yeux rivés sur un match de baseball
– Mais c’est écrit « hôtel » alors je pensais… Je cherche, du travail osa, Amandine.
– C’est comme ça, ici on fait bar-Restaurant et on y danse la fin de semaine. J’ai un truc pour toi ! Le patron cherche une danseuse, un peu entraîneuse. Alors Poupée, ça te convient ? Le barman parti d’un rire gras découvrant des chicots jaunis par trente ans de tabac
Amandine ne se démonta pas :
– Je connais tous les pas de danse à force de regarder. Le lasso junggling, j’ai appris en regardant Lucky Luck à la télé, le dimanche soir… Je pourrais tenter ma chance.
L’association franco-yukonnaise proposait des emplois. Elle était convoquée pour le surlendemain. On lui proposa nourrisseuse dans une ferme spécialisée dans le chien de traîneaux. Elle débitait de la viande, chaque animal avait sa ration, il suffisait de respecter le bon fonctionnement de la meute. Elle aimait bien ce job au grand air et elle était logée sur place. Elle retournait quelquefois au Gold Rush Hôtel.
Elle s’attablait devant des pane-cakes dégoulinant de sirop d’érable et des œufs brouillés quand un souffle d’air froid lui fit lever le nez. Une ombre emplissait l’ouverture à double battant de la porte. Des mains de colosse agrippaient le chambranle. De larges épaules enveloppées dans une chemise à carreaux, une figure de trappeur sortie d’un livre de Jack London. La foudre tombait une seconde fois sur le destin d’Amandine. Elle invita la créature qui tomba lourdement sur sa chaise.
– Tu ne survivras pas dans ce pays en jouant à la dînette ! Le visage tailladé d’un large sourire, Alex commanda un fish and brewis. C’est quoi ton nom ?
– Amandine !
– C’est joli, Manda… la dernière syllabe alla s’accrocher dans les nœuds en fer forgé du lustre encrassé de friture.
Les yeux rivés l’un à l’autre, les présentations furent succinctes, l’amour fit le reste. Les joues empourprées, la peau abreuvée des caresses d’Alex, Manda pour la première fois de sa vie était belle. La nuit de noces vint avant l’officialisation de l’union.
Le blizzard tordait la glace accrochée aux vitres et les doigts moites de Manda se crispaient aux barreaux du ciel de lit. Les délicieuses appréhensions de la défloration... Les ébats furent longs et tendres. Alex, la patience au bout de la langue partit en campagne d’une vallée encore inexplorée bientôt dévastée par un torrent de cyprine. Le mariage était inévitable, le choix des robes de mariées était au centre des préoccupations, mais les complications des démarches assombrirent l’enthousiasme du jeune couple. Il fallait envisager de rentrer en France.
Les valises étaient prêtes, la robe de mariée sur le lit était une meringue emballée d’un énorme nœud. Manda avait craqué pour ce modèle malgré les recommandations de la vendeuse. Le téléphone sonna et la fiancée s’écroula sur le parquet.

Alex est la suite de Voyage dont voici le lien http://www.lespoetes.net/tdmpoeme.php?id=9419&theme=ARCTIQUE

Ces passages sont les premiers jets d'une nouvelle donc avec toutes ses maladresses


Ecrit par Ann
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 36 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [1]:
Mahea.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [61]:
La veuve noire. Licorne. Violette. Rickways. Skywheeler. Lo. Tonindulot. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Royam. Ann. Muse31. Fregat. Louis. Saintes. Isa la Bella. Jenesuisrien. Wall. Stapula. Gerachau. Marcek. Joa. AR_d_N. Dreamhunter. Kirlian. Jamespx. Salus. Lucie. Claudel. Anemone. Pilar. Lysio. Mahea. Catriane. Sylvain2023. Theo. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Rousselot. Par ma voix. Coeur de poete . Amon 1er. Typique. Ouakaman. Laurent7869. Lastours. Taw. Andre. Franklino. Noiressaim. Zalina. Bleu Horizon. Joailes. DNN. Maitia. Licrone. FranckLPSME. Lou-guit. Vincentcros.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Licrone. Le fou. Hannah. Colfeau. Vincentcros. Lou-guit. FranckLPSME. F.Lo. Nazca. Le Corbeau Noir. Novembre a Paris . Pivoine. 5g. Mousquetaire. Maitia. Inti . Joailes. Shaozu. Decugis Martial. LaPeurDuVide.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924