Accueil FORUM Inscription/connexion
Artiste d'hier / Alfred DE MUSSET
Alfred DE MUSSET   [ 191]
(poète)


Biographie

"L'Enfant terrible du Romantisme "

Né le 11 décembre 1810 à Paris dans un milieu aisé et cultivé. Il entreprit des études de droit et de médecine, qu’il ne termina pas.

Il fut reçu dès 1828 dans le "Cénacle" romantique, le prestigieux salon où se réunissaient les principales figures du romantisme, Hugo, Alfred de Vigny et Charles Augustin Sainte-Beuve, qui deviendront ses plus fidèles amis.

Précoce, brillant, il publia son premier recueil de vers, Contes d’Espagne et d’Italie (1829), à l’âge de dix-neuf ans.

Jeune dandy à la sensibilité quasi maladive, il ne tarde pas à publier ses premiers recueils de vers,

ainsi que des pièces dont l'ambiguïté les destine à la lecture plutôt qu'à la représentation scénique.

Il connut une infortune relative avec ses pièces de théâtre, telles la Quittance du diable, qui ne put être représentée, et la Nuit vénitienne (1830), qui fut un échec retentissant.

Son théâtre et sa poésie sont nourris des tourments.

Musset éprouvait une sincère et profonde aspiration vers l’art et la pureté.

Son inspiration est celle d’un moraliste lucide, qui scrute les contradictions, indépassables et destructrices, de l’être humain.

Il analyse avec pessimisme, à partir de sa propre expérience, les difficultés de la sincérité, de l’amour, de l’honneur et de l’engagement politique.

En 1833, Musset rencontra celle qui devait être le grand amour de sa vie, la romancière George Sand, de sept ans son aînée.

Il obtint en revanche un immense succès, en 1833, avec son poème romantique Rolla : le cycle des Nuits, écrit après sa rupture et ancré dans son expérience sentimentale, conforta sa réputation de grand poète.

Cette œuvre allégorique, où le poète dialogue avec sa Muse, parut de 1835 à 1837 (la Nuit de mai, la Nuit de décembre, la Nuit d’août, la Nuit d’octobre),

À la fin de l’année 1834, il enrichit son théâtre d’un chef-d’œuvre, le drame historique Lorenzaccio, qui surtout, marque le point culminant de sa créativité artistique ; puis du Chandelier, l’année suivante.

Lorenzaccio, prisonnier du masque de vice par lequel il comptait s’élever à la vertu d’un acte héroïque, est sans doute une des figures les plus marquantes du théâtre français. Inspiré de l’histoire de Florence au temps des Médicis - et probablement de chroniques florentines authentiques.

Une autre revue, La Quotidienne, lui réserve cependant un accueil plus aimable en déclarant le lecteur passe « de la hauteur de la plus belle poésie aux plus incroyables bassesses de langage »que l’auteur est « un poète et un fou, un inspiré et un écolier de rhétorique ».

Également son œuvre narrative principale, la Confession d’un enfant du siècle (1836), est une autobiographie romancée qui, avec quelque emphase et quelque complaisance, analyse l’âme tourmentée du poète. On y trouve surtout l’expression du sentiment de trahison que ressentait la génération de 1830, celle qui vit ses espoirs anéantis par l’échec du soulèvement de Juillet et son avenir confisqué par les notables de la monarchie Louis-philipparde.

Ces dernières années malade et épuisé précocement, Musset poursuivit ensuite sa carrière d’auteur dramatique avec de nouvelles pièces, moins réussies que les précédentes, telles que Il ne faut jurer de rien (1836), Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée (1845), On ne saurait penser à tort (1849). En 1838, il avait été nommé conservateur d’une bibliothèque ministérielle, ce qui lui permit de mener une vie tout à fait décente quoique moins brillante qu’à ses débuts. En 1848, il érit des œuvres de commande. En 1852, il fut élu à l’Académie française. Il mourut à Paris le 2 mai 1857.


source :


Poésie d'hier : 23 poèmes











Prénom: Alfred
Nom: DE MUSSET
Pays: France


Né(e) en: 1810
Mort(e) en: 1857

               : 23