Accueil FORUM Inscription/connexion
Artiste d'hier / Marceline DESBORDES-VALMORE
Marceline DESBORDES-VALMORE   [ 122]
(poète)


Biographie

Marceline DESBORDES-VALMORE



Née à Douai en 1786, son père Félix Desbordes, peintre en armoirie fut ruiné par la période révolutionnaire. En 1801 elle part en Guadeloupe où avec sa mère elles vont rejoindre un parent plus fortuné. A leur arrivée elle trouve le parent décédé et une île en proie à la révolte, sa mère y meurt en 1802.

Marceline rentre alors en métropole, elle a 16 ans devient comédienne et cantatrice.

En 1808 elle rencontre Henri de Latouche. Elle entretiendra avec celui-ci une liaison intermittente et tumultueuse de trente années, en taisant le nom de son amant. Il naîtra en 1809, de cette liaison, un enfant qui mourra à l’âge de 5 ans.

En 1847 elle épouse Prosper Lanchantin, comédien besogneux, sans talent, connu sous le nom de Valmore et mène avec lui une vie difficile et itinérante.

Ils auront 3 enfants, deux filles Ondine et Inès, un garçon Hyppolite. Inès moura en 1846 et Ondine en 1853, Hyppolite sur les 20 ans qu’il passera dans l’armée sera emprisonné durant 7 ans…

Sa production littéraire commencée en 1819 par un recueil « Elégies et romances » aide à subvenir, sans y parvenir vraiment, aux besoins du ménage.

Elle meurt d’un cancer en1859, seule, à Paris.







Sa notoriété grandie au fur et à mesure de sa production poétique :

1830 Poésies inédites

1833 Les pleurs

1839 Pauvres fleurs

1843 Bouquets et prières



Elle publie également :

1833 L’atelier d’un peintre, scènes de la vie privée

1840 Contes en prose pour les enfants

1855 Contes en vers pour les enfants



Une œuvre sensible, délicate qui séduit dés l’abord par la musicalité de ses vers. Son tempérament « romantique » exacerbé par les coups du sort d’une vie tourmentée gagne en intensité au fil du temps ; mettant son art au service de sa spontanéité et de sa quête d’identité elle séduit ses contemporains : Lamartine, Hugo mais aussi Baudelaire, Verlaine, Rimbaud ….

On lui attribut (avant Verlaine) l’emploi des vers impairs.







Un poème parmi ses plus connus :



Roses de Saadi



J'ai voulu ce matin te rapporter des roses ;

Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes

Que les noeuds trop serrés n'ont pu les contenir.



Les noeuds ont éclaté. Les roses envolées

Dans le vent, à la mer s'en sont toutes allées.

Elles ont suivi l'eau pour ne plus revenir ;



La vague en a paru rouge et comme enflammée.

Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée...

Respires-en sur moi l'odorant souvenir





source : Pierre


Poésie d'hier : 23 poèmes











Prénom: Marceline
Nom: DESBORDES-VALMORE
Pays: France


Né(e) en: 1786
Mort(e) en: 1859

               : 23