Accueil FORUM Inscription/connexion
Artiste d'hier / Nicolas BOILEAU
Nicolas BOILEAU   [ 82]
(poète)


Biographie

Boileau (1636-1711)


Le législateur du Parnasse


C’est, dit-on à Madame de Sévigné (1626-1696) que nous devons cette phrase mnémotechnique, célèbre naguère dans les collèges :
« Une Corneille perchée sur la Racine de la Bruyère, Boileau de la Fontaine Molière ».
Ainsi sont nommés les plus importants auteurs du XVIIéme siècle. Boileau y est en bonne place.

Nicolas Boileau est né à Paris le 1er novembre 1636. Il est le quinzième enfant d’un greffier du parlement issu d’une longue lignée de « gens de Palais ». Despréaux est le nom par lequel on l’appelle de son vivant, nom donné par son père pour le distinguer de ses frères. Boileau passe son enfance dans la propriété de celui-ci à Crosne ( aujourd’hui dans le département de l’Essonne). Sa mère meurt lorsqu’il a deux ans. Son enfance est triste et malheureuse.
Il est élève au collège d’Harcourt (à l’actuel emplacement du lycée St-Louis) puis, toujours à Paris, au collège de Beauvais. Il préfère lire les poètes classiques plutôt que d’être attentif à ses professeurs qui le décrivent comme « un élève paresseux ».
Il étudie la théologie et le droit et est admis au barreau le 4 septembre 1656. Son père meurt et lui laisse en héritage une rente de 1500 livres. Il peut ainsi vivre, certes modestement mais se consacrer, selon ses goûts, pleinement à la littérature. En 1662, 800 livres de rente viendront s’ajouter à cela grâce au bénéfice du Prieuré de Saint-Paterne. Il s’en défait toutefois en 1670. Il écrit dans l’Epître V, « mon père soixante ans au travail appliqué, en mourant me laissa, pour rouler et pour vivre, un revenu léger et son exemple à suivre »

En 1669, Nicolas Boileau travaille à un Art Poétique inspiré d’Horace. Il en fait de nombreuses lectures à l’Hôtel de Rambouillet. Il entreprend également des Épîtres.
L’Art poétique paraît en 1674 avec les Épîtres I à IV, quatre chants du Lutrin, poème héroï-comique, ainsi que le traité du sublime qui est la traduction du Traité attribué, à l’époque, au rhéteur grec Login (213-273 ap. J.C) mais nous savons aujourd’hui qu’il s’agit d’un autre auteur du Ier siècle av. J.C.
Une cinquième Épître est publiée en 1675. Boileau en composera encore quatre de 1675 à 1677.

L’Art poétique est un poème de quatre chants en alexandrins que Nicolas Boileau lit dans les salons parisiens dès 1673. Il devient le porte-parole d’une doctrine esthétique qui érige en canons des valeurs telles que la vraisemblance, la décence, la mesure et la noblesse morale. Cela lui vaut le titre de « législateur du Parnasse : « ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement ».

Il est considéré comme le créateur de la satire et de l’épître en France et celui qui a remis à l’honneur l’esthétique du sublime afin « d’ennoblir le réalisme ». « Boileau, qui dans ses vers plein de sincérité, jadis à tout son siècle a dit la vérité » Épître I.au roi.
C’est un satirique « mordant ». Grand travailleur, il dénonce les affectations des précieux et la vulgarité des burlesques.
Il se range au côté des jansénistes, pieux défenseurs de la stricte moralité chrétienne et prône un sagesse humaine autour de la sincérité.

En 1677, avec Racine, il devient historiographe du roi. Soutenu par ce dernier, il est élu à l’Académie française le 24 avril 1684.
Il est, avec Racine, l’un de chefs du parti des Anciens contre Perrault. Les Anciens voient d’une manière aristocratique dans l’humanisme la transmission admirative et sans réserve de l’Antiquité alors que les Modernes voient l’occasion de faire un examen critique des littératures anciennes et modernes sans les couper de la vie et revendiquent un humanisme démocratique.

Ami de Molière, de La Rochefoucauld, de Lamoignon, de Condé, il fréquente le salon de Ninon de Lenclos (1620-1705).

Il meurt épuisé d’une hydropisie de poitrine à Auteuil le 11 mars 1711. Il a 75 ans .Ses dernières paroles :
« c’est une grande consolation pour un poète qui va quitter le monde de n’avoir jamais offensé les mœurs ».

Principales œuvres :

- Les Satires (1666-1716)
- Epîtres (1670-1698)
- Le Lutrin (1674-1683)
- l’Art poétique (1674)
- Traité du sublime – traduit de Longin (1674)


source : Ottomar


Poésie d'hier : 9 poèmes











Prénom: Nicolas
Nom: BOILEAU
Pays: France


Né(e) en: 1636
Mort(e) en: 1711

               : 9