Accueil FORUM Inscription/connexion
PatrickDeschamps   [ 1297]
(poète et artiste visuel)


Présentation
Mes citations bien à moi!

Je suis une fable, frivole et volage comme le flocon si pur qui n'ose se poser.

La sagesse n'est pas acquise en temps voulu, mais désiré!

Il faut aimer pour comprendre, comprendre pour aimer.

Les français sont prodigieux en amour, et les anglais en dévotion.

J'aimerais être interné, être enfermé, être cloîtré. Car de la vie, tout je ne pourrais qu'apprécier! Car tout ce qui vous manque est bien aimer. Que d'amour je n'aurai su me vautrer.

Je représente le rêve, celui que sous vos folles envies, vous aurez de passion, bien enfouies.
Je suis cette larme italienne, sur vos pétales français. Que de couleurs animent, vos dépolies pierres.
J'aurai de lueur animé vos amours dont si belles vous profitez.
Je ne cherche ni amour ni envies. Car sous de bien maladroites envies je me serai enfouis. Vous êtes ma passion vous êtes ma vie.

C'est le dindon d'une farce bien mal cuite et comptée!

Il est tout comme moi cette passionnée faille italienne, dans votre illusionnée et verbale muraille française. Parlant de Vivaldi

J'aime mieux les pages blanches, il n'y a ni d'attentes, ni besognes, ni cloîtres. Les pages noircies elles, s'envolent, entamées, débauchées et déchirées.

Je suis devenu un monstre, qui en mots gémis, qui en lettres vomis.
J'aurai au temps de ma bassecour, commis ces actes si lourds, qui en conscience vous rendent sourds, de ne plus pouvoir écouter la musique du temps, qui sous vos pieds croule, chavire et vous fait envier l'antan.

L'alcool, les mots et les désirs ne sont pas faits pour moi.

La plus grande force d'un poète est de pouvoir extirper les émotions de son cœur qui heureusement n'affectent pas sa tête. Ou trop souvent d’extirper de sa tête ce qui affecte son cœur.
J'arrive, bien malgré moi, à me la répéter sans cesse, isolant mon cœur de celle que j'eus crée. Elle me tue, je la vis. Elle se veut Œdipe, je me fais dévot.

Ayant délaissé dieu, ma personne, le peu que je puisse donner n'est que luxure.

J'arrive encore, stupidement, à me demander pourquoi j'aime autant entendre son cœur parler!

L'homme, ses envies et fantasmes, ne sont qu'illusoires. Mais à tous les jours. La femme elle, cherchera ces désirs jusqu'au bout, et lasse d'espérer tentera de les créer. Je regarde et songe, pensif et renfrogné, morne d'essayer de comprendre. Je délaisse et fuis.

C'est pour nous que nous cuisinions notre fin, Et qu'ailleurs nous aiguisions notre faim!

Ce soir je pars dans ma tête, ne me cherchez pas, je n'en ai pas.

J'aime mieux être haï, qu'être aimé. Car l'amour désœuvré mène à la haine.



Citation
J'aurais dû naître inquisiteur; ma foi ne m'aurais jamais trahis. J'aurais pu régnér seul sur la minuscule cellule de mon inconscience.



Thème du mois : 22 poèmes

Tous ses poèmes dans thèmes du mois (classement alphabétique)
Tous ses poèmes dans thèmes du mois (classement par date)


Poésie libre : 8 poèmes

Tous ses poèmes dans poésie libre (classement alphabétique)
Tous ses poèmes dans poésie libre (classement par date)


Poèmes dans les galeries d'art : 1 poèmes


Illustrations de poèmes : 1 illustrations




Prénom: Patrick
Pays: Canada
Lui envoyer un mail
Lui envoyer un MP
Ajouter à mes artistes
Né(e) le: 14/03/1983

Inscrit le : 22/02/11

               : 31
               : 1
               : 26
               : 0